Sep 052020
 

Aujourd’hui notre paroisse reprend son rythme ordinaire. Cependant le corona virus suscite une inquiétude et un manque de visibilité sur l’avenir. Le Seigneur, Lui, nous éclaire par sa Parole et nous fortifie par son Corps et son Sang.

Parole d’abord :
« Guetteur », nous le sommes par le ministère prophétique de notre baptême. Avec l’Eglise, nous avons « le devoir, à tout moment, de scruter les signes des temps et de les interpréter à la lumière de l’Evangile» (Vat II GS4, §4). Il revient la responsabilité à chacun de porter un jugement non pas sur les hommes eux-mêmes puisque nous sommes tous pécheurs, mais sur les bonnes orientations de notre société pour les encourager, les mauvaises pour les dénoncer.

SAINTE-ODILE

« Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, Je suis là au milieu d’eux ».

Séparés par la distanciation sociale et comme muselés par les directives de nos gouvernants, nous chrétiens, nous nous rassemblons pour célébrer la victoire de la vie sur la mort, de la confiance sur la peur, de la fraternité sur la défiance, et donner ainsi à notre monde un signe d’espérance.

« Amour mutuel » Tous comme St Paul, nous faisons l’expérience d’un amour blessé : « Vouloir le bien est à ma portée mais non pas l’accomplir, puisque je ne fais pas le bien que je veux et commets le mal que je ne veux pas … Malheureux, homme que je suis – s’écrit-il ! – Qui me délivrera de ce corps qui me voue à la mort ? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur » (Rom 7, 19 ; 24-25). Lui seul nous guérit ! C’est notre espérance.

En célébrant l’Eucharistie, nous sommes saisis par l’amour du Christ, identifiés à Lui dans sa mort d’amour et sa résurrection glorieuse qui nous transforment. Nous recevons peu à peu la grâce de nous pardonner, de nous aimer et la force de témoigner.

Nous sommes en chemin avec l’espérance que Jésus Christ seul peut nous donner : « Courage, c’est moi ; n’ayez pas peur » (Mc 6, 50)


Père Stéphane Biaggi, curé