Déc 072019
 

Réjouis-toi Montagne dont la hauteur dépasse la pensée des hommes Réjouis-toi Abîme à la profondeur insondable même aux anges Réjouis-toi tu deviens le Trône du Roi
Réjouis-toi tu portes en ton sein Celui qui porte tout

Avec ces paroles de l’hymne acathiste de la tradition orientale, j’ai voulu parler du mystère de l’Immaculée Conception, selon lequel nous affirmons que la Vierge Marie a été préservée intacte de toute souillure du péché originel. En effet, la célébration de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, qui va avoir lieu lundi le 09 décembre (la date habituelle du 08 décembre est tombée le dimanche et les dimanches nous célébrons la Pâques du Seigneur, fête liturgique par excellence), nous introduit dans la contemplation de la victoire de l’Amour de Dieu, réalisé dans la personne de la Vierge Marie. Dieu Lui-même a pris l’initiative. C’est lui, qui de manière inattendue, fait irruption chez la jeune fille de son choix par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. Marie, la première sauvée, ouvre un Chemin nouveau qui nous mène à la porte du Royaume.

En considération des mérites du Christ, elle a été rachetée de façon éminente (LG 53). Plus que toute autre personne créée, le Père l’a  » bénie par toutes sortes de bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le Christ  » (Ep 1, 3). Il l’a  » élue en Lui, dès avant la fondation du monde, pour être sainte et immaculée en sa présence, dans l’amour  » (cf. Ep 1, 4)

Elle est sublime, la Très Sainte Vierge Marie, car cette préparation lointaine l’a rendue capable de contenir en son sein de Mère, le moment du grand mystère de l’Incarnation, que la terre ne peut contenir, en sa grandeur, à cause de l’immense réalité qu’il renferme. En son sein, elle contemple le mystère transcendant du don de Dieu à l’homme, par l’union hypostatique de la nature divine et de la nature humaine en la personne du Verbe, si bien que, en elle et par elle, Dieu s’est fait Homme sans cesser d’être Dieu, et l’Homme est devenu Dieu sans cesser d’être homme.

Par conséquent, il convient d’affirmer qu’il n’y a pas de créature capable de contenir en son sein le mystère de Dieu, si Dieu Lui-même avec la souveraineté de son pouvoir infini, la pénétrant de sa sagesse, ne la soutient par sa force. Et Dieu a créé Marie pour qu’Elle prenne une part active au mystère de l’Incarnation. (Jn1, 14)
Merci, Seigneur, de nous avoir donné une Mère, grâce à laquelle nous sommes capables d’entrer dans le grand moment de l’Incarnation. Par ce mystère, nous pouvons entrer dans tous les autres mystères qui, donnés par Toi, sont dans le sein de notre Sainte Mère l’Église remplie et comblée de Divinité.

Père Dieudonné Maniraghuha, vicaire

Lectures dominicales du 8 Décembre