Juin 082019
 

La Pentecôte ouvre le temps de l’Église, communauté d’hommes et de femmes recréés, unifiée dans l’Esprit-Saint, sacrement universel du salut ! En effet, Jésus Christ est venu non seulement pour la nation juive, mais « Afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés » (Jn 11, 52).

Pour cela, Il nous a envoyé l’Esprit-Saint, Amour échangé avec son Père, personne divine, Ami véritable qui nous habite et fait de nous des fils adoptifs. Et parce que nous nous sentons aimés et sauvés, nous exultons de joie. Grâce à Lui nous vivons l’unité dans la diversité.

Or, en ce jour de fête, la paroisse prend deux voies différentes. Tandis que les uns se sont élancés sur la route qui les conduit à Notre Dame de Chartres, d’autres restent sur place à Sainte-Odile. L’une serait-elle meilleure que l’autre ?
Les uns marchent joyeusement, le cœur fixé déjà sur la Vierge noire qui siècle après siècle apporte un si grand réconfort aux pèlerins, les autres attendent comme les disciples au cénacle « avec quelques femmes dont Marie, la mère de Jésus ».

Les uns vont célébrer la messe dans la forme extraordinaire de la « Tradition », d’autres vont célébrer la grande Vigile de la Pentecôte réinstaurée par le concile Vatican II.
Les uns vont marcher en méditant sur le thème  » La paix du Christ par le règne du Christ « , les autres vont célébrer une liturgie riche de la Parole de Dieu parcourant l’histoire du salut depuis la tour de Babel et la confusion des nations, le don de la loi dans le souffle et le feu au Sinaï, à l’annonce par les prophètes du don de l’Esprit Saint réalisé par Jésus Christ et vécu dans les premières communautés chrétiennes comme l’exprime Saint Paul !

De fait, ces deux démarches révèlent le dessein d’amour et la fidélité de Dieu.
Elles sont nécessaires et concomitantes. Ce sont celles d’un même corps qui doit toujours garder son cœur priant au cénacle et en même temps avoir « pour chaussures, le zèle à proclamer l’Evangile de la Paix » (Ep 6, 15).
En ce sens, le chapitre des anges gardiens*, communauté paroissiale humble et priante est le signe de la communion qu’établit l’Esprit Saint avec le pèlerinage. Rendons grâce à Dieu !

Père Stéphane Biaggi, curé

*Chapitre des anges gardiens :
Dimanche : 9h30, messe – 17h15, messe chapelet, prière du pèlerinage, méditation
Lundi 10 juin : 17h00, chapelet, prière du pèlerinage, méditation – 18h00, messe