Fév 022013
 

Scrutins et sacrement de réconciliation

Chers Frères et Sœurs,

Nous voici au seuil du carême qui débutera mercredi 13 février, jour d’abstinence et de jeûne, par l’imposition des cendres sur le font en signe d’humilité et de conversion de notre mentalité. Vous savez que ce temps de carême est aussi celui des scrutins des catéchumènes qui au cours de trois dimanches vont demander silencieusement à genoux le pardon de leurs péchés et la prière de l’Eglise pour eux avant l’ultime Semaine Sainte au cours de laquelle ils seront baptisés.

Le cardinal André VINGT TROIS a souhaité à cette occasion que les fidèles des paroisses de Paris portent une écharpe violette qui leur sera fournie le premier dimanche de carême en signe de communion de prière et de charité avec tous les catéchumènes en cette année de la foi. Nous qui avons la grâce de compter parmi nous une douzaine de catéchumènes jeunes et adultes nous veillerons ainsi à les accompagner.

Mais notre communion doit aussi se vivre dans la conversion personnelle en recevant le sacrement de réconciliation -peu accueilli dans notre paroisse- alors qu’il est une école de vie intérieure et un renouvellement de notre baptême. L’Eglise comme une mère sage attentive à ses enfants leur demande de recevoir au minimum ce sacrement avant Pâques ou en cas de péché grave. Notre conversion passe par ce sacrement qu’il nous faut recevoir avec foi et régulièrement, comme le disait Sainte Jeanne d’Arc : « On n’examine jamais assez sa conscience ». En cette année de la foi à laquelle est attachée l’indulgence plénière je compte sur chacun pour recevoir ce sacrement particulièrement ces jours de carême mais habituellement aussi. Les prêtres pourront en fonction tant dans leurs homélies que dans leur disponibilité vous aider pour ce temps que le Seigneur nous offre.

En ce mois de février, continuant « l’audit pastoral » commencé il y a un trimestre votre conseil pastoral vous proposera un questionnaire afin que vous puissiez y participer. Ce qui n’empêche pas chacun tant pour la liturgie et les sacrements, les enfants et les jeunes, la formation, le patrimoine et les travaux, la redécouverte du quartier et la solidarité et la communication, d’exprimer vos vœux et de participer.

Demandant au Seigneur qu’Il nous permette durant ces quarante jours un vrai renouvellement et une authentique conversion du cœur pour fêter Pâques dans la joie d’un cœur purifié, je vous renouvelle mes vœux d’heureuse et sainte année vous assurant de ma prière. Très sincèrement

Abbé Malcor, curé

Lectures dominicales du 3 février