Juin 122016
 

En ce mois de juin à l’occasion des baptêmes, premières communions, confirmations, mariages, ordinations sacerdotales, nous pouvons rendre grâce au Seigneur des dons qu’il fait à l’Eglise et particulièrement à notre communauté paroissiale. Il nous faut non seulement en être conscients mais aussi savoir y répondre par une vie qui plaise à Dieu et entrer plus avant dans le mystère de l’Eglise qui est, dit le Concile Vatican II, comme le «sacrement du salut», malgré ses péchés et la conversion toujours nécessaire.

Essentiellement l’Eglise est communion et mission, et le rôle d’un chrétien comme le dit Saint Maximilien Kolbe que j’aime à citer est de « donner Dieu aux autres et les autres à Dieu », comme l’a fait la Vierge Marie, modèle de l’Eglise, en allant visiter sa cousine Elizabeth !
C’est donc une responsabilité grave et heureuse à la fois qui nous incombe et dont le pape François rappelle la joie et la nécessité en allant aux « périphéries » selon ses paroles, à la rencontre de ceux qui sont loin. Dans ses exhortations La joie de l’Evangile, et la Joie de l’amour, il nous appelle à la mission et spécialement à un accompagnement spirituel aimant des personnes rencontrées pour les amener davantage au Seigneur.
Et il insiste sur l’importance de l’ouverture des églises qui permet sous l’action de l’Esprit Saint à quelqu’un d’entrer.

Pour notre église, inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, nous avons constaté, que chaque fois que les grandes portes étaient ouvertes les personnes rentraient facilement pour visiter, prier, parler. Et si nous avons entrepris les travaux de rénovation de l’accueil en raison de l’obligation d’un accès PMR pour un établissement recevant du public, projet qui remonte à trois ans pour une ouverture de l’accueil sur la rue, il devait être complété par le sas de l’église dont le permis de construire vient d’être enregistré il y a quinze jours. Inutile de dire que nous avons besoin de chacun non seulement pour le financer – d’où le dépliant souscription à faire connaître aussi autour de vous, mais l’accompagner de votre prière et de votre disponibilité.

Cette rénovation de la paroisse il faut la remettre entre les mains du Seigneur et s’engager à la mission notamment auprès des familles et des jeunes auxquels votre conseil pastoral se veut attentif pour l’année pastorale qui va venir. De sorte à entendre le psaume 126 : « Si le Seigneur ne construit la maison, c’est en vain que les ouvriers travaillent. »

Je profite de ce mot pour remercier profondément tous ceux qui se sont rendus disponibles pour la vie de la paroisse cette année de la Miséricorde. Ils ne sont pas assez nombreux au moment où l’attente de Dieu nous presse. J’ai besoin de vous pour aller au devant des personnes. Puisse le sas de l’église Sainte Odile si le permis est accordé être un symbole du cœur ouvert des paroissiens et à travers eux du Christ lui- même.

Abbé C. MALCOR, curé

Lectures dominicales du 12 juin