Sep 022017
 

« Le Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement …» (He 13, 8)… mais les curés passent !

Permettez-moi tout d’abord de remercier le Père Christian Malcor pour son accueil chaleureux, rassurant et encourageant.
Chaleureux de par sa personnalité cordiale, rassurant en raison de la vitalité de la paroisse, et encourageant pour celui qui devient curé pour la première fois en sa 26ème année de sacerdoce !

De remercier ensuite l’équipe paroissiale dont je tairai les noms pour préserver leur humilité, pour ses attentions qui m’ont délivré de tout souci à mon arrivée.

Accueillir comme curé un vicaire de Saint-François-de-Sales n’est pas anodin puisque « notre » communauté paroissiale a été désirée par son curé, Monseigneur Loutil qui, de par son énergie missionnaire enthousiasmante, sa grande spiritualité et son goût très sûr, a permis à ses amis artistes de donner le meilleur d’eux même pour réaliser une église déjà mondialement connue.

Avoir secondé 7 curés et recteurs, devrait m’éviter de tomber dans l’idéalisme. « L’Église est sainte » (LG8), dit le concile Vatican II, mais composée de pécheurs « et devant toujours être purifiée ». La Miséricorde en est remède et le ciment.

Le Pape François définit la paroisse actuelle comme « communauté de communautés » (EG 26). En effet, si les paroissiens ne peuvent prétendre tous se connaitre, la diversité des groupes permet de vivre la charité concrètement. Lors des rassemblements paroissiaux, les différentes sensibilités apprennent à se connaitre mutuellement et le Corps du Christ grandit et s’unifie.

Sainte Odile enfin est réputée pour guérir la cécité faisant passer des ténèbres à la lumière qui est le Christ. J’implore cette grâce pour chacun de nous. Ainsi notre paroisse ne sera pas « sous le boisseau » mais, à l’image de son clocher, elle illuminera notre quartier et le monde.

Père Stéphane Biaggi, curé

Lectures dominicales du 3 septembre