Juin 232017
 
 Chers Frères et Sœurs,

En cette fin juin nous avons la grâce de célébrer les Solennités du Sacré-Cœur de Jésus et de la naissance de Saint Jean-Baptiste. Elles nous apprennent beaucoup de ce qu’est le cœur de notre foi et nous invite à la renouveler profondément

La solennité du Sacré –Cœur de Jésus

Lors de son apparition à Sœur Marie Marguerite en juin 1675, Jésus après lui avoir confié : « Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance je ne reçois de la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. Mais ce qui m’est encore le plus sensible est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi »
demande qu’une fête particulière, le vendredi après l’octave du Saint-Sacrement, soit instituée pour honorer son Cœur et réparer les outrages qu’il a reçus dans la sainte Eucharistie. Il promet des grâces abondantes à ceux qui lui rendront cet honneur.

A cette occasion nous demandons au Seigneur :
« Par ce sacrement de ton amour, Seigneur brûle –nous d’une charité qui nous attire toujours vers le Christ et nous apprenne à le reconnaitre en nos frères »

La solennité de la naissance de St Jean Baptiste
Elle nous rappelle que le plus grand des prophètes qui se savait indigne de dénouer la courroie de sandales du Christ et disait qu’il fallait qu’Il croisse et lui diminue, a été jusqu’au martyre le témoin véridique de l’Agneau qui enlève le péché du monde.
A cette occasion nous demandons au Seigneur :
« Accorde à ton Église le don de la joie spirituelle, et guide l’esprit de tous les croyants dans la voie du salut et de la paix. »

Ce jour de la Solennité de la naissance de St Jean –Baptiste a lieu l’ordination de prêtres puissions-nous prier pour eux avec ferveur pour la sainteté et la fécondité de leur ministère, pour qu’ils brûlent d’un cœur aimant pour le Seigneur et témoignent de son amour par le don de leur vie avec joie et humilité. Puissions-nous prier pour les vocations sacerdotales et religieuses dont l’Eglise a tant besoin. Puissions-nous vivre profondément l’amour du Christ et des hommes et renouveler cet amour en portant de nombreux fruits, être fidèle au sacrement de l’eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne et où s’accomplit notre rédemption.

Au moment de vous quitter et en vous remerciant de l’accueil que vous m’avez réservé durant ces six années, je voulais formuler mes vœux par ces prières des solennités du Sacré-Cœur et de la naissance de Saint Jean-Baptiste. Vous gardant dans ma prière, de tout cœur.

Abbé Malcor, curé

Lectures dominicales du 25 juin

Mai 132017
 

Après six années parmi vous je dois vous annoncer que je quitte la chère paroisse Sainte Odile au 1er septembre pour être directeur spirituel à la Maison Saint Augustin, propédeutique du Séminaire de Paris, pour les jeunes gens qui désirent être prêtres. Des raisons de santé (maladie de Parkinson) ne me permettaient pas de prolonger le ministère de curé au-delà d’un délai raisonnable.

Mon successeur sera l’abbé Stéphane BIAGGI actuellement en Terre Sainte pour une année sabbatique, habitué d’enseignements spirituels dans les foyers de charité et ayant été vicaire longtemps à la paroisse voisine St François de Sales où c’était toujours une joie de préparer avec lui le chemin de croix commun du vendredi saint de St François de Sales à Sainte Odile. Il connait bien notre quartier. Dès à présent nous le confions dans la prière au Seigneur.

Je profite de ce mot pour vous remercier de tout cœur de votre accueil et de votre confiance, sûr que vous saurez les accorder à l’abbé BIAGGI et porter toujours plus de fruits de sainteté et de rayonnement de l’Evangile .

Très sincèrement et cordialement priant avec vous pour toute la paroisse.

Abbé Christian Malcor, curé

Lectures dominicales du 14 mai

Avr 292017
 

Durant ce temps de Pâques qui nous mène à la Pentecôte , le Christ marche à nos
côtés et nous explique les Ecritures chaque dimanche , comme il l’avait fait lors de sa
résurrection en cheminant avec deux disciples vers le village d’Emmaüs. A ce
moment-là Il les avait admonestés : « Esprits sans intelligence ! Comme votre coeur est lent
à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela pour
entrer dans sa gloire ? »
Le Christ nous dirait-il la même chose nous qui connaissons peu l’Ecriture et la
négligeons, alors qu’Il nous a rappelé lors de ses tentations, que l’homme ne vit pas
seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Nos esprits
sont-ils sans intelligence et nos coeurs lents à croire au point de ne pas comprendre à
la lumière de la parole de Dieu le monde dans lequel nous vivons.
Comme le rappelle le psaume 118 qui est une longue méditation sur la Parole de
Dieu, celle-ci est une lampe sur nos pas, une lumière sur notre route (Ps
118,105). « Que mon cri soit proche de ta face, Seigneur, par ta parole fais-moi comprendre
(Ps 118,170). C’est à la lumière de sa Parole que Dieu nous révèle.
Dans la compréhension et la mise en oeuvre de la Parole de Dieu transmise dans
les Ecritures le Christ nous assiste comme lorsqu’il en explique le sens à la synagogue
de Nazareth, explique la parabole du semeur ou de l’ivraie et du bon grain ou bien
rejoint les disciples d’Emmaüs. Et à la Pentecôte recevant l’Esprit Saint promis par
Jésus, Pierre à son tour explique les Ecritures et touche le coeur des trois mille
premiers baptisés. C’est dire qu’avec l’Esprit Saint et le Magistère, le Christ continue
de nous faire entrer dans l’intelligence de la Parole de Dieu pour que nous ayons la
vie.
Veillons à ce que ce trésor ne soit pas gaspillé, mais qu’il soit la lumière de nos pas.
A cette lumière les Soeurs Franciscaines réparatrices de Jésus hostie réalisent la
consécration de leur vie pour le salut du monde. Au moment où nous fêtons le jubilé
d’or de Soeur Marie de Bethléem qui veille notamment avec enthousiasme au
patronage des enfants à la paroisse, sachons rendre grâce à Dieu de mettre ainsi sur
notre chemin des témoins de son amour et de sa Parole.

Abbé Christian Malcor, curé

Lectures dominicales du 30 avril

Mar 252017
 

4°dimanche de carême dit laetare
« Si lui n’était pas de Dieu , il ne pourrait rien faire »

Durant cette année liturgique A de la forme ordinaire nous écoutons les évangiles
des catéchumènes: celui de la samaritaine, celui de l’aveugle de naissance, enfin celui
de la « résurrection » de Lazare qui nous rappellent que le baptême est la source vive
de l’Esprit Saint, qu’il est une illumination et conduit au salut de l’âme et du corps, à la
résurrection bienheureuse promise par le Christ.
Cela nous amène à considérer le coeur de notre foi : la personne de Jésus à qui l’aveugle
né rend témoignage alors qu’il est pour lui un inconnu et ce avant même de le
rencontrer personnellement plus tard : « Si lui n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien
faire ». Et cette premier réponse lui vaut d’être expulsé de l’assemblée…
Plus tard Jésus apprenant qu’il avait été mis dehors, le retrouve et lui demande s’il
croit au Fils de l’homme. Et qui est il pour que je crois en lui répond il et Jésus : »Tu le
vois c’est lui qui te parle » Et celui qui a retrouvé la vue de se prosterner et d’affirmer sa
foi . Sans le Christ notre vie tombe en ruine dit une prière du missel et la lumière qu’Il
est illumine la vie des hommes et leurs ténèbres.
Puissions-nous transmettre cette lumière à tous ceux que nous rencontrons durant nos
journées d’amitié qui sont un témoignage en cette fête de l’Annonciation de la présence
du Christ dans une communauté paroissiale. Puissions- nous être « lumineux » nousmêmes
et particulièrement lors de la mission du 1 avril qui annoncera la Semaine
Sainte.
Ces moments sont très importants et doivent pouvoir rappeler ce que l’on disait
de la première communauté chrétienne dans les Actes des apôtres : « Ils louaient Dieu et
avaient la faveur de tout le peuple. Et chaque jour, le Seigneur adjoignait à la communauté ceux
qui seraient sauvés. »
Je confie à votre prière les catéchumènes qui vont être baptisés à Pâques, l’ensemble de
la communauté paroissiale et particulièrement ceux qui sont éprouvés, les Soeurs
franciscaines, vos prêtres, les vocations sacerdotales et la grâce de vivre un carême
fécond et lumineux pour arriver à la joie de Pâques avec un coeur purifié.

Abbé Christian MALCOR

Lectures dominicales du 26 mars