Déc 162011
 

« Le Mystère de Dieu est annoncé en Jésus-Christ » (Rom.16/25-26)

nous dit saint Paul, et nous savons maintenant que le mystère a trouvé sa pleine révélation et sa totale réalisation en la Mère de Jésus. Avec elle, un cas concret nous est offert comme exemple à contempler et susceptible aussi de nous stimuler.

Le « oui » de Marie marque le début de la Nouvelle Alliance, l’entrée de l’humanité dans l’ère du salut ; Il est aussi la découverte de la liberté que Dieu nous donne pour répondre à son appel.

Pour que cette liberté puisse s’épanouir et pour que le Seigneur puisse habiter notre âme, il faut que l’Esprit-Saint trouve en nous cette disponibilité qui va nous rendre sensible au message de Dieu. Il y a donc une sorte « d’Annonciation » pour chacun de nous, un don qui nous est confié et qui nous invite à formuler le « oui » décisif : celui que Marie a prononcé, accomplissant la promesse en même temps que sa mission de « Mère de Dieu ».

Si Dieu a depuis toujours l’initiative, nous gardons toujours au fond de nous cette liberté du « oui » qui dessine dans la vérité un chemin de confiance dans lequel nous sommes invités à nous engager. Serons-nous assez disponibles pour dire simplement « oui » à la naissance de Dieu en nous afin qu’il soit pour nous et pour tous nos frères, l’Emmanuel que nous allons bientôt accueillir ? Comme Marie qui est pleine d’amour, il faut préparer Noël en laissant nos cœurs se transformer par la grâce. Que le Seigneur nous mette dans la paix et la joie : Il a besoin de notre offrande.

Préparer Noël, c’est préparer ce mystère de bénédiction, de vérité et d’amour. C’est aussi se préparer à la transformation de notre cœur par le contact avec la Parole de Dieu. Nous pouvons rapprocher le don de Marie et le don du Christ qui nous enveloppent tout entiers, car c’est en Lui et c’est en elle que tout nous est donné.

Soyons habités par la joie de l’accueil et par celle de Marie qui répond « oui » à l’annonce de l’Archange. Et si, à l’approche de Noël, nous pouvons aussi parler de la Croix : Il ne faut pas non plus cacher le tragique humain de cette naissance, puisque le Christ se donne tout entier, la Joie de Noël s’ouvre sur la Résurrection.

Abbé Denys Thouard

Lectures dominicales du 18 décembre 2011