Mai 142016
 

La Pentecôte est le jour de la naissance de l’Église et le départ d’une nouvelle création. Selon saint Basile, on peut faire une analogie entre le récit de la descente de l’Esprit Saint et la Création, lorsqu’ au commencement l’Esprit planait sur les eaux d’un monde encore informe. Dans son Traité du Saint Esprit, ce Père de l’Église donne cette belle explication : « Dans la création des êtres, la cause première de tout ce qui vient à l’existence, c’est le Père, la cause instrumentale, le Fils, et la cause qui perfectionne, l’Esprit. Si tu essaies d’enlever l’Esprit à la Création, toutes les choses se mélangent entre elles et leur vie paraît sans loi, sans ordre, sans aucune détermination.» Cela ne signifie pas que le Père a créé quelque chose d’imparfait et de chaotique, continue Saint Basile, mais cela signifie que c’est « le dessein et la volonté du Père de créer par son Fils et de conduire les êtres à la perfection par le Saint Esprit ». Saint Ambroise reprenant la pensée de saint Basile en donne cette image suggestive : « Lorsque l’Esprit commença à planer sur la Création, elle n’avait aucune beauté ; Mais, par l’action du Saint Esprit, elle resplendit de beauté pour devenir le monde », mundus, qui veut dire aussi pur, ou cosmos, monde ordonné. En d’autres termes, l’Esprit Saint est Celui qui fait passer la création du chaos au cosmos, en quelque chose de beau, de magnifique, d’ordonné, car toujours Il « crée et renouvelle la face de la terre » (Ps 104,30).

Dieu a modelé l’homme à son image et à sa ressemblance, insufflé sa vie en lui et donné la Grâce à nos premiers parents, et, le jour de la Pentecôte, l’Esprit Saint a renouvelé la face de la terre et a remodelé l’homme d’une manière encore plus admirable. Mais ce souffle, ce feu d’amour qui a incendié la terre entière est descendu sur un lieu bien précis, à Jérusalem, sur les Apôtres et les disciples, cent vingt environ, dix fois douze, comme les douze tribus d’un nouvel Israël : l’Église était née ! Saint Augustin dans un sermon (71,19-32) appelle l’Église Societas Spiritus, Société de l’Esprit, et saint Irénée a formulé cette belle expression : « Là où se trouve l’Église, se trouve l’Esprit de Dieu ; et là où se trouve l’Esprit de Dieu, là se trouve l’Église et chaque grâce ; et l’Esprit est la vérité ; S’éloigner de l’ Église, signifie refuser l’Esprit et donc s’exclure de la vie » (Adv. Haer. 3,24,1). Alors, à partir de l’événement de la Pentecôte, se manifeste pleinement cette union entre l’Esprit du Christ et son Corps mystique, c’est-à-dire l’Église. « L’Église qui naît lors de la Pentecôte n’est pas tout d’abord une communauté particulière – l’Église de Jérusalem – mais l’Église universelle, qui parle les langues de tous les peuples. De celle-ci naîtront ensuite d’autres communautés dans toutes les parties du monde, des Églises particulières qui sont toutes et toujours des réalisations de la seule et unique Église du Christ. L’Église catholique n’est pas cependant une fédération d’Églises, mais une réalité unique: la priorité ontologique revient à l’Église universelle. Une communauté qui ne serait pas catholique en ce sens ne serait même pas une Église ». (Benoît XVI, Pentecôte 2008). Au moment de sa naissance, l’Église est donc déjà catholique, c’est à dire universelle. Dès le début, elle parle toutes les langues, car l’Évangile qui lui est confié est destiné à tous les peuples, selon la volonté et le mandat du Christ ressuscité (Mt 28,19).

L’Esprit Saint est l’âme de l’Église, mais il est aussi en chacun de nous, et il « supplie pour nous par des gémissements inénarrables » (Rm 8,26). C’est lui « l’hôte très doux » de notre âme, le principe de notre sanctification, de notre conversion, de notre persévérance. C’est lui qui, grâce à ses dons, donne la force aux martyrs, le courage aux chrétiens, le zèle aux missionnaires. Le don de Sagesse, nous fait goûter l’amour de Dieu, goûter les vérités, les mystères de notre Foi, sa présence en nous. Le don d’intelligence est une clairvoyance intérieure nous faisant pénétrer les mystères : lire au dedans des plans de Dieu, au dedans de notre vie, de notre vocation, nous donnant de voir l’action de la Providence. Le don de Science nous met sur les traces de Dieu à travers la Création, nous fait comprendre le pourquoi des choses crées, leur fin et leur Auteur, puisqu’ elles reflètent la beauté de Dieu. Le don de Conseil ou de discernement est celui des justes choix dans notre vie, selon la volonté de Dieu, des moyens à prendre pour faire face aux événements et traverser les épreuves ; Le don de Force nous aide à être fidèles à Dieu, à témoigner de Jésus Christ, à vaincre le respect humain, à nous donner le courage de continuer notre chemin de sanctification. Le don de Piété nous fait goûter la présence de Dieu dans notre cœur, nous remplit d’affection filiale envers Lui, nous fait aimer la prière, le recueillement, la vie spirituelle. Ce don nous aide aussi à respecter tout ce qui est saint en particulier les lieux sacrés qui deviennent trop souvent un lieu de bavardage inutile ; Respecter Dieu, c’est aussi avoir le souci d’arriver bien à l’heure à la sainte messe.

Nous voyons surtout la présence de l’Esprit Saint par ses Fruits, inséparables les uns des autres : Il y a ceux qui concernent l’âme dans ses relations avec Dieu : la charité, la joie, paix, la patience ; ceux qui concernent l’âme dans ses relations avec le prochain : la bénignité, la bonté, la longanimité, la mansuétude, la fidélité; et ceux qui concernent l’âme dans ses relations avec son propre corps : la modestie, la continence, la chasteté. Mais, sommes-nous fidèles aux inspirations de l’Esprit Saint ? Peut-être n’a- t-il pas assez de place en nous ? Viens Esprit Saint, remplis-nous de tes dons, et renouvelle la face de la terre. Amen !

Don Carlo CECCHIN

Lectures dominicales du 15 Mai