Avr 222011
 

O vere beata Nox : « O Nuit vraiment heureuse qui seule a mérité de connaître le temps et l’heure où le Christ est ressuscité des morts. C’est de cette nuit qu’il est écrit : la nuit sera claire comme le jour, la nuit me devient lumineuse au milieu de mes délices ». Cette nuit, nous entrons dans le mystère de la Pâque et de la résurrection du Seigneur. Au milieu des ténèbres une lumière s’est allumée. D’abord seule et d’apparence fragile, elle s’est communiquée et répandue pour éclairer notre nuit.

Aucun homme n’a été témoin de l’heure de la résurrection du Seigneur. Nous n’avons vu qu’au matin le tombeau vide. Pour approcher la vérité de cette heure, nous nous souvenons de l’histoire du salut qui s’accomplit aujourd’hui et dont nous sommes les héritiers sans mérite. Au milieu de cette nuit, nos cinq catéchumènes sont baptisés, plongés dans la mort du Christ, ensevelis avec lui, pour avoir part à sa résurrection. Ils se découvrent héritiers avec nous et nous nous redécouvrons héritiers avec eux des bienfaits de Dieu. « O Nuit vraiment heureuse qui dépouilla les Égyptiens pour enrichir les Hébreux ! Nuit, où le ciel s’unit à la terre, l’humain au divin ! ».

Au matin, alors qu’il fait encore sombre, Marie Madeleine trouve la pierre enlevée du tombeau. Simon Pierre regarde le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, roulé à sa place. L’autre disciple entre : il voit et il croit. « Les disciples n’avaient pas vu que d’après l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts ». Nous passons du trouble devant l’absence du corps de Jésus à la foi. Nous comprenons qu’à travers tous les évènements que nous avons célébrés, la mort et la vie s’affrontèrent en un duel prodigieux. Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.

Ce matin, ceux qui étaient catéchumènes sont désormais néophytes. Ils sont désormais incorporés au Seigneur mort et ressuscité. Ils vivent de sa vie. Ce qu’ils sont désormais, ils doivent pourtant encore le devenir, ce qu’ils ont reçu doit désormais porter du fruit. Ils nous ont rejoints sur le chemin de la sainteté : être avec le Christ crucifié, enseveli avec lui pour vivre déjà de sa résurrection.

Le Christ est vraiment ressuscité, alleluia.

 

Lectures de Pâques