Jan 272018
 

La vie paroissiale vient d’être marquée successivement par deux événements douloureux qui se sont révélés lumineux et vivifiants à la fois.

Les obsèques de Thibaut de Belzunce : à tout juste 20 ans, cet ancien scout de Sainte Odile nous a quittés. Garçon original et brillant, entouré des siens et de vrais amis, il a été emporté par la récidive fulgurante d’une maladie qui le laissait espérer être guéri. « Le temps est limité » dit St Paul. En donnant le meilleur de lui- même dans son combat, Thibaut laisse le témoignage dans ses années de jeunesse d’une vie accomplie.

Cette semaine, les obsèques de Marie-Noëlle Scheidecker. À 67 ans, cette véritable épouse, mère de 4 enfants, paroissienne active et très aimée, a offert sa vie au terme d’une longue lutte qui a suscité un élan de prière qui, je l’espère, se prolongera. L’intention de prière rédigée par les paroissiens est explicite : « Sa présence au milieu des habitants de son quartier, de sa rue et de sa paroisse n’a cessé de bousculer les solitudes et les replis sur soi. Son rayonnement a changé la vie de bon nombre de ses parents, amis et voisins. Faites, Seigneur, que son ouverture aux autres reste un exemple pour tous et que notre paroisse témoigne du même zèle et du même dynamisme auprès de ceux qui, de tous horizons, franchissent le seuil de ton Eglise ».

Ces deux paroissiens ont en commun d’avoir « ouvert les cieux » à ceux qui, rassemblés dans notre église, partageaient la douleur, l’incompréhension et souvent la révolte tapie dans notre cœur et l’agitant soudain.

Chaque fois la même Parole de Dieu du livre de la Sagesse a retenti « avec autorité » : « Dieu a créé l’homme pour une existence impérissable… Comme on passe l’or au feu du creuset, Il a éprouvé leur valeur … Comme un sacrifice offert sans réserve Il les a accueillis ». Et le sage ajoute : « Ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur comprendront la vérité, ceux qui sont fidèles resteront avec Lui dans son amour ».

Ne serait-ce pas le cas de ceux, de fait nombreux, qui ont témoigné, au cours de la célébration, avoir senti naître en eux, au cœur de la souffrance, un sentiment mystérieux d’espérance, de paix, de communion. Ils ont, me semble-t-il, partagé d’une certaine manière l’expérience existentielle du Christ mort et ressuscité, de ceux qui ont tout quitté pour annoncer l’Evangile.

« O mort, s’écrie St Paul, où est ta victoire ?…
Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur », 1 Co 15, 55-56 Ressuscité !

Père Stéphane Biaggi, curé

Lectures dominicales du 28 janvier