Nov 102018
 

Novembre est traditionnellement le mois des défunts, littéralement de-funtus (sans fonction), c’est-à-dire de ceux qui ont cessé leur mission sur la terre.

A la Toussaint d’abord, nous avons fêté ceux dont la sainteté de vie est manifeste, mais aussi les saints plus discrets, dont nous découvrirons la gloire au ciel en raison de leur mission fructueuse dans une vie ordinaire. Ce sont les saints de la « porte d’à côté » selon la belle expression du Pape François dans son exhortation apostolique « Soyez dans la Joie et l’Allégresse » que nous commenterons mardi prochain à 20 H à la paroisse.

Le lendemain, nous avons prié pour tous les défunts, en particulier ceux de nos familles. Beaucoup ce sont rendus dans les cimetières pour fleurir les tombes de leurs proches.

Pendant le mois de novembre, comme le pape Léon XIII, depuis 1888, nous y a invités, nous poursuivons notre prière pour les âmes du purgatoire, âmes de ceux qui bien que morts dans la grâce et l’amitié de Dieu, souffrent une purification afin d’obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du ciel. (C. E. C. 1030)

En ce 11 novembre, providentiellement un dimanche, la France commémore le centenaire de la signature de l’Armistice qui pensait mettre fin à 4 ans d’une guerre qui avait semé la mort de manière jusqu’alors inimaginable et laissé un immense cortège de familles décimées et de cœurs brisés.

Depuis, on s’accorde à reconnaitre que les conditions humiliantes imposées aux vaincus ont été le terreau du conflit le plus meurtrier de l’histoire de l’humanité que fut la seconde guerre mondiale.

Jésus Christ est ressuscité. La mort n’a plus le dernier mot. La résurrection inaugure la vie éternelle, qui pacifie nos cœurs pour faire de nous des artisans de paix. Ainsi grandissent notre espérance et notre confiance dans l’avenir. Aussi me semble-t-il, devons-nous faire mémoire de la venue à Reims du général de Gaulle et du chancelier allemand Adenauer le 8 juillet 1962 où ils déclarèrent conjointement à Monseigneur Marty sur le parvis de la cathédrale devant cinq mille personnes : « Eminence, nous sommes venus sceller la réconciliation franco-allemande ».

Nous continuons à prier pour les défunts de notre paroisse, en particulier cette année pour notre intendant Raymond Carette. Du ciel, ce grand serviteur de l’Eglise prie pour nous et veille à ce que tous les projets qu’il a initiés avec intelligence et détermination pour le bien de la paroisse puissent se réaliser pour nous soutenir dans l’annonce de l’Evangile.

Père Stéphane Biaggi, curé

Lectures dominicales du 11 novembre