Fév 162015
 

Accueil

Sixième dimanche du temps ordinaire. Année B dite de saint Marc (et saint Jean).

Nous accueillons mon neveu filleul de Singapour, Stéphane Benoist, et Thierry Visdeloup, un voisin de Levallois, qui arrive de Lima. Il y a découvert les sanctuaires dédiés à nos patrons et a voulu découvrir le nôtre !

Prédication

Nous profitons des lectures de ce dimanche pour prolonger la journée mondiale des malades du 11 février dernier en la fête de Notre-Dame de Lourdes et réfléchir à notre santé et à notre salut. Jésus et son père veulent que nous soyons guéris de nos maladies, en bonne santé et sauvés dans la vie de communion avec eux et entre nous.

Il faut unir sans confondre et distinguer sans opposer notre santé et notre salut qui connaissent de fait un décalage, mais qui coïncident dans l’achèvement de notre vie. Notre santé et notre salut sont distincts en notre condition. Nous pouvons connaître la communion avec le Seigneur et les autres au sein des épreuves et du pire. Certains parmi nous peuvent connaître la santé et le meilleur sans manifester de communion avec le Seigneur et le prochain. Voir, à la limite, le méchant triomphant et le juste souffrant. Pourtant nous ne les opposons pas et attendons leur union. Sans pour autant les confondre. Être bien dans sa peau, ce n’est pas automatiquement être en communion avec son créateur et sauveur. Il y faut l’amour et la grâce des deux côtés.

Nous pensons, nous, chrétiens, greffés sur le messie souffrant et ressuscité des Juifs, que ne vivant plus et pas encore sous la loi de la grâce, de la gratuité, de la liberté libérée, de l’amour entre nous et avec l’homme-Dieu qu’est Jésus, pour le meilleur et le pire, nous nous débattons sous la loi de la gravité, de la nécessité et de contingence des animaux et des choses. La communion avec Jésus nous guérit et de notre état de péché et de notre impuissance. Nos guérisons, par nos moyens et nos arts, ou par la puissance du Christ, sont les signes de notre vie en plénitude.

Nos prières tournées vers la multitude. Suggestions.

Celles préparées par Pascale Pierre-Louis d’habitude.

Les intentions que vous apportez, que vous portez et que vous pouvez dire à haute voix.

Pour nos amis absents en raison de leur santé.

Pour les présents éprouvés, dans la discrétion.

Pour ceux et celles qui demandent notre prière.

Pour les pauvres qui frappent à la porte de Saints-Martin de Porrès & Jean Macias.

Pour nos artistes.

Pour nos mourants, particulièrement pour Yvonne Pidoux de La Maduère, 105 ans, à la fondation Greffulhe et au Perpétuel Secours/Franco-Britannique, qui se recommande à notre prière, par Brigitte, sa fille.

Pour nos défunts.

Pour nos voisins et nos relations.

Pour les organisateurs, les exposants et les visiteurs de l’espace Champerret : ceux du salon des bouqui­nistes.

Pour les manifestants tous azimuts de ces dernières semaines, de ces derniers jours, en France et dans le monde, afin qu’ils protestent de leurs convictions, sans haine et avec amour !

Pour nous, nos amis et nos ennemis, de l’extérieur et de l’intérieur, vivants et défunts.

Pour nous et nos compatriotes qui nous méprisent.

Pour nos frères persécutés de par le monde et pour leurs bourreaux.

Pour nos ennemis, l’ÉI ou Daech et son chef, Abou Bakr al-Baghdadi.

Pour nos alliés.

Pour que cesse la guerre entre les Ukrainiens ukrainophones et les Ukrainiens russophones.

Donc prions pour nos alliés et pour nos ennemis, afin que nous menions nos guerres sans haine, tant chez nous et en Europe qu’au Proche-Orient et en Afrique.

Merci ! Pardon ! Bravo ! Et, s’il vous plaît, encore ! Annonces !

Nos quatre messes et nos deux adorations de la semaine ont lieu, de mardi à vendredi, mais :

Mercredi 18, mercredi des cendres. Imposition des cendres à la messe de midi et, rattrapage, au dé­but de l’adoration, à 18 h 30, pour l’un ou l’autre. Jour de jeûne et d’abstinence.

Jeudi 19, la messe de 08 h 45, sera dite en l’honneur des martyrs d’Angers. Il y a un lien entre eux et nous.

Vendredi 20, la messe sera dite pour une parente de Nathalie Détourné.

Samedi 14, messe à 12 h à la demande de Danielle Vincent pour son époux, et à 15 h, rosaire.

J’attire votre attention sur la consultation citoyenne à propos de la proposition de loi Claeys-Leonetti au sujet de la fin de notre vie, de l’euthanasie, comme on a dit depuis plus d’un siècle, en parallèle à l’eugénisme. Cette consultation est ouverte jusqu’au 16 février, sur le site de l’Assemblée nationale, à l’appel du président de la République. La fonda­tion Lejeune vous aide à y participer. Voir le site Internet de l’une et de l’autre. Nous avons encore ce jour  et demain !

J’ai constitué un dossier correspondant à ma prédication de dimanche dernier sur Jésus, l’Église et l’ar­gent. Je vous y donne des comptes du Saint-Siège, du Vatican, du diocèse de Paris, de Sainte-Odile et les nôtres. Pour votre denier 2015, mentionnez Saint-Martin de Porrès en plus de Sainte-Odile et de l’ADP, l’association diocésaine de Paris.

J’ai remis à votre disposition le mode d’emploi du synode de l’automne 2015 sur la famille par François, notre pape.