Jan 062018
 

La fête de l’Epiphanie prend cette année pour notre diocèse une signification particulière puisque outre la fête de Sainte Geneviève, sainte patronne de Paris qui lui est toujours associée, nous accueillons notre nouvel archevêque, Monseigneur Michel Aupetit.

L’Epiphanie est la manifestation de Jésus, comme Messie, c’est-à-dire envoyé de Dieu, en notre chair, Fils de Dieu révélant l’amour de Dieu notre Père et Sauveur du monde puisque étant la Vie, il a pouvoir sur la mort conséquence du péché. Jésus, petit enfant, y est reconnu aussi comme le Roi des Nations. « En ce sens, l’Epiphanie est par excellence une fête missionnaire qui rappelle que le salut est destiné à tous » (Catéchisme des Evêques de France, n°154). Il est Seigneur de l’univers : « Ce n’est plus l’étoile qui détermine le destin de l’Enfant, mais l’Enfant qui guide l’étoile… L’homme adopté par Dieu -comme on le voit ici dans le Fils unique- est plus grand que toutes les puissances du monde matériel et plus encore que l’univers entier. » (Benoit XVI, L’enfance de Jésus p 144)

Sainte Geneviève, née en 420 à Nanterre dans une famille gallo-romaine aisée, a reçu la foi de ses parents. Consacrée Vierge par l’évêque de Paris à 15 ans, cette femme de prière n’a eu de cesse de manifester le Salut de Dieu. La vertu de sa vie personnelle, ses nombreux miracles et le don total d’elle-même au service de tous, petits et grands font d’elle une grande missionnaire. Pour cela elle est représentée en bergère en référence au Christ Bon Pasteur. Par son discernement, sa charité et son courage lors des évènements dramatiques de la cité : guerres, inondations, maladies, famines, elle est naturellement devenue patronne de la ville de Paris puis déclarée par Jean XXIII patronne de la gendarmerie le 18 mai 1962.

Enfin nous accueillons avec joie Monseigneur Michel Aupetit dans sa cathédrale Notre Dame de Paris lors de la vigile de la fête de l’Epiphanie et pendant la neuvaine de Ste Geneviève. Comme elle, il nous vient de Nanterre. À l’exemple de Jésus et de sainte Geneviève, toujours médecin, il a le souci des malades, des pauvres, et de soigner les âmes. Nous connaissons déjà son zèle missionnaire pour annoncer la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu, sanctifier le peuple chrétien en célébrant les sacrements et gouverner en conduisant le troupeau avec douceur et assurance.

Pour tout cela nous pouvons nous réjouir et demander à l’Esprit Saint la grâce d’être saisi nous aussi par un zèle missionnaire personnel et communautaire qui rayonne sur nos proches, notre quartier et plus loin encore.

Bonnes fêtes.

Père Stéphane Biaggi, curé

Lectures dominicales du 7 janvier