Déc 302016
 

 

Chants : Voir la feuille à côté.  

Accueil :  Entrons dans cette eucharistie en demandant à l’Enfant Dieu de nous délivrer  de nos péchés.   

Prédication.

Nos auteurs inspirés. La grâce de cette célébration, la grâce du renouvellement de notre humanité par l’un d’entre nous, semblable et différent, selon l’enseignement de l’auteur de l’épître aux Hébreux. Isaïe avec l’annonce lue cette nuit d’une épiphanie/manifestation d’un enfant sauveur, comme avec l’oracle de l’Emmanuel à Achaz au sujet d’Ézéchias, comme le texte sur le messager, à l’instant, voit plus grand et quelqu’un d’autre que ces derniers.   Jean vise Jésus dans sa réalité humaine et divine manifestée en présence de Jean.

Il serait intéressant de mettre en parallèle la fête que les Juifs célèbrent en ce jour , Hanouca, fête de la purification du Temple, Hanouca, fête aussi des lumières dans la nuit, fête de l’enfance qui renouvelle le monde, fête que Jésus célébrait chaque année, pour montrer comment Jésus n’abolit pas, mais accomplit « l’ancien testament » et le « judaïsme » et nous de même.  Voir Jean 10, 22. Mais cela nous entraînerait loin !  Comme on peut le faire pour Pâques, la Pentecôte, la Transfiguration et la Croix glorieuse avec respectivement Pessah, Chavouot, Rosh Hashana,Yom Kippour et Soukkot.

Après la profanation du Temple par Antiochus Épiphane, le Manifeste, l’Illustre, vers moins 170, il y a sa restauration. Lors de la persécution et de la mise à mort des Juifs, il y a la découverte de la résurrection des morts. Le messie, le christ du dieu d’Israël se manifeste dans le renouveau monarchique en Israël, mais il tourne court. L’épiphanie de Jésus, la manifestation de Jésus fonde notre vie comme le dit l’auteur de l’épître aux Hébreux, réalise et annonce la manifestation par un passage à la limite.  

Parmi les treize saints morts un 25 décembre, j’ai choisi Michel Nakashima + 1628, témoin de deux cent cinq chrétiens mis à mort entre 1617 et 1632 au Japon.

Les protagonistes des actualités qui prient avec nous et pour nous et pour lesquels nous prions.  Il n’y a pas la prière dite universelle à sa place habituelle. Ces réflexions en tiennent lieu.

Je vous propose de prier pour les combattants et les civils, alliés et ennemis, vivants et défunts, du Nigeria, du Mali, du Burkina, de la Libye, de la Tunisie, d’Israël, de Palestine, de Syrie, d’Irak (l’attentat qui a fait trois morts, des chrétiens vendant du vin à Bagdad) , d’Égypte (Le Caire et la famille de Reda Tadres), de Jordanie (Kérak et Mohammed Zakarneh, dont j’ai reçu un texto de joyeux Noël dans la nuit et auquel j’ai répondu qu’il était avec nous dans notre prière), Yémen,  des USA, d’Australie, Allemagne (Berlin le 19 décembre et Ursula Wieland) et du Daguestan, dans le Caucase,la Turquie, le « Kurdistan », le Pakistan ( je pense à Asia Bibi), partout où les Frères musulmans, Al-Qaïda, Daech et d’autres groupes ont opéré et opèrent. Pour nos militaires, nos marins et leurs aumôniers, catholiques et autres. Et pour nos concitoyens morts en 20152016 de façon dramatique, en particulier je pense à Jacques Hamel.

Pour les deux Congo et le Gabon…  

Messe offerte par Marie-Françoise de Pommery pour ses parents Odette et Marcel Pénette et sa sœur Cécile.   

Prière pour mon père, Ernest Benoist, qui est mort dans la nuit de Noël 1987. Ma mère Victorine, le 2 novembre 1996.

Des nouvelles du trio brésilien, de Jacqueline Barjou, Arlette Roche Goetz, Nicole Dekany,

Des nouvelles d’un ancien fidèle, fondateur, en 1987, Michel Merlet.

Les deux mille quatre cents églises de France, les quatre vingt onze mille policiers, gendarmes et militaires… Les policiers dans leur ronde hier soir. Un mini-réveillon avec les trois derniers vers minuit.

 

Vénération de l’Enfant Jésus en sa représentation !

Pater en d’autres langues maternelles que le français selon les présences !

Remerciements, annonces et nouvelles  

Merci à vous …

Deux cadeaux : il y a encore des bougies de mon frère et des bouquins de Luisa Gregorio Fins.

Dimanche 25. Ce soir, je dîne avec Benoît Le Bretton et Djamal Kemmache, un ami algérien qui travaille à Marseille.  

Lundi 26, mardi 27 et mercredi 28, je les passe avec Stéphane, Andreza & Matthias Benoist, à Sainte-Terre, près de Bordeaux, respectivement neveu, nièce et petit-neveu. Pas de messe durant ces trois jours.  

Jeudi 29, je le passe à Solesmes, avec Raphaël Boralevi, filleul désormais moine étudiant en attendant les vœux solennels, le vendredi 8 décembre 2017. Pas de messe ce jeudi.  

Vendredi 30, messe comme d’habitude, à 12 h10. Fête de la sainte famille de Jésus, Marie & Joseph. Messe offerte par Élisabeth & Thierry Grava. Je dîne avec Mohammed Zakarneh, notre ami de Jordanie et notre  bienfaiteur, et Benoît Le Bretton.

Dimanche 1er janvier 2017 décembre, 10 h 30, messe du dimanche, de notre jour de l’an, de la fête de la circoncision de Jésus, dans l’octave de la nativité et de la solennité de la maternité de Marie, « mère de Dieu » ou « mère du Seigneur ». Messe pour la paix. Le soir, je réponds aux questions des auditeurs de Radio Notre-Dame. Aux vôtres aussi !