Jan 062016
 

fête des « sages de Syrie et d’Irak » en quête d’un sauveur chez les Juifs !

L’accueil

Temps des vœux et des prières les uns pour les autres et pour la patrie de chacun.

Ici, avec saint Martin de Porrès, notre Africain américain hispanique du Pérou

Prière pour notre pays et les nations en guerre, pour les défunts de mort violente en France et dans le monde, alliés et ennemis, en ce premier anniversaire des événements de janvier 2015,

avec nos saints patrons, avec sainte Geneviève, sainte Aulde, son amie, (née en Seine & Marne) et saint Syméon le Stylite, de Syrie, leur contemporain, dont nous ferons la fête demain,

et nos martyrs, d’hier, les enfants massacrés par Hérode à Bethléem, et ceux d’il y a bientôt un an, en février 2015, en Libye et au Kenya.

Seconde quête, partout en France, pour les communautés catholiques d’Afrique. Ici pour celle que je suis allé voir sur le terrain et dont je connais l’animateur. Voir le dossier.

Les lectures

Extrait du livre du second Isaïe, chapitre 60 : Lève-toi, Jérusalem !

Psaume 71 : Ton salut parmi toutes les nations.

Extrait de l’épître aux Éphésiens, 3 : L’appel universel au salut.

Extrait de l’Évangile selon saint Matthieu, 2 : les visites des mages/sages d’Irak/Babylone !

La prédication :

Cela fait trois mille ans que les Juifs interpellent leurs contemporains par leur existence inas­similable aux nations, aux empires et aux cultures qui se succèdent depuis les Égyptiens, les Assy­riens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Romains, les mondes de l’Afrique du Nord et ceux de l’Asie mineure, de l’Europe de l’Ouest du Caucase jusqu’à l’Atlantique, les populations islamisées et celles christianisées du Moyen Âge, les populations d’Europe, d’Afrique, d’Asie et surtout d’Amé­rique dans les Temps modernes, dans l’Empire américain surtout. Aujourd’hui, l’État d’Israël et les Juifs répartis dans le monde sont des pommes de discorde avec et entre les nations.

Depuis deux mille ans, des Juifs et des non-Juifs reconnaissent Jésus comme le sauveur d’une humanité à l’image du dieu de Moïse et d’Élie, l’envoyé du Dieu d’Israël dont la manifestation est et sera notre recréation. Ce sont les chrétiens et les chrétiens catholiques en particulier. Des juifs et des non-Juifs se dé­robent à lui à chaque génération, jusqu’à la fin des temps. Mahomet et ses disciples font partie de ceux qui refusent le Moïse des Juifs et des chrétiens et le Jésus des chrétiens ! Avec Paul aux cha­pitres 9 à 11 des Romains, nous savons qu’il en sera ainsi jusqu’à l’entrée plénière dans la vie du Dieu des vivants et non des morts. Notre humanité et notre divinité sont des mystères plus grands que nos idéaux et idéologies, d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Merci ! Pardon ! Bravo ! Et, s’il vous plaît, encore ! Annonces :

Merci à nos intendantes ! Merci pour le panier du chapelain !

Cet après-midi, Medhi Poulolo réunit ses amis/amies pour une louange.

Nos quatre messes, oui, aux intentions de l’heure. Nos deux adorations, non  : +

Lundi 4, 18 h 30, messe en l’honneur de sainte Geneviève, patronne de Paris et de Nanterre, de sainte Aulde, amie et disciple, et Syméon le Stylite de Syrie, leur contemporain.

Samedi 9, journée de formation des animateurs liturgiques. Jean-Claude y va et a invité…

Dimanche 10 janvier, 10 h 30, messe du baptême de Jésus.

Après-midi, concert organisé par l’école Hautefeuille de l’Opus Dei, au profit des chrétiens d’Irak.

À votre disposition, une carte pour Thierry Gabriele.

À votre disposition, le programme sur quinze jours, les nouvelles, le Petit Journal de Noël à donner encore pendant huit jours, de la main à la main, les documents concernant le jubilé de la miséricorde.

Et maintenant, quête pour une communauté scolaire du Burkina-Faso, animée par Philippe Bai, frère des écoles chrétiennes, que je connais depuis quarante ans et que j’ai visité sur ses terres. Pour la deuxième fois, je ferai un virement par la Société générale, de notre compte à son compte. En janvier 2015, j’ai envoyé cent euros de votre part.