Mar 232012
 

Jésus va répondre maintenant à la voix des hommes qui, dans toutes les nations, sont en quête de Dieu. Il va achever la mission que lui a confié son Père. Les signes vont faire place à la réalité et du haut de la Croix, il va faire aux hommes le don de l’Esprit.

Jésus n’a pas d’autre gloire que celle de son Père. Il sera glorifié quand il apparaîtra qu’il est le Fils Unique en qui Dieu se fait voir et qu’il va donner aux hommes la vie éternelle qu’il tient de son Père. S’accomplit alors cette nouvelle Pâque dont l’ancienne n’était que l’ombre et dans laquelle sera scellée la nouvelle Alliance : deux faces d’un même mystère et de cet acte unique par lequel nous sommes sauvés. Parce que Jésus est Dieu, nous sommes portés à croire qu’il pouvait supporter la souffrance et la mort plus facilement que nous. Mais il est aussi homme comme nous, et la souffrance, en lui, avait une acuité bien supérieure à celle qu’elle a en nous Aujourd’hui, malgré son « entraînement » à toutes les souffrances venant des hommes, il est bouleversé : l’heure de la Passion est arrivée, et il sait ce qui l’attend au jardin de Gethsémani, effrayé par tous ces maux, il supplie le Père de l’épargner, mais il se reprend aussitôt : « Que ta volonté soit faite et non la mienne » pour nous sauver, il accepte, il se fait obéissant et « obéissant jusqu’à la mort »

« Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il se renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » c’est en unissant notre petite part de souffrances aux souffrances incomparables de la Passion que nous aurons droit, que nous aurons part aux mérites infinis des souffrances et de la mort du Christ et que nous serons sauvés. Il nous faut au moins accepter et unir à la Passion les souffrances de notre vie quotidienne. Il nous faut unir notre lutte de tous les jours pour vaincre nos passions et nos tentations. Il nous faut rester fidèles … Le Père nous donnera la même récompense qu’à son fils Jésus : La Gloire éternelle.

Le Christ a accepté la Croix et il nous révèle par elle la gravité du péché, il nous rend l’amitié divine et nous fait comprendre l’amour incompréhensible du Sauveur. Ces jours-ci, nous méditerons ce mystère de la Passion Rédemption qui doit nous mener à la gloire et à la gloire de Pâques. Chacun de nous doit entendre comme adressée à lui, la Parole du Christ à Sainte Catherine de Sienne : « Ce n’est pas pour rire que je t’ai aimée »

A chacun de nous de répondre à celui qui nous a aimés et s’est livré pour nous !

« Revenez, revenez à nous, ouvrez les yeux demandez avec de grands cris et des larmes la lumière à celui qui la donne au monde. Comprenez-vous vous-mêmes, pour l’amour de Dieu, car de toutes vos forces vous allez tuer celui-qui, pour vous donner la vie, a perdu la sienne ; considérez que c’est lui qui vous défend de vos ennemis » (Sainte Thérèse d’Avila)

 

Abbé Denys Thouard

 Lectures dominicales du 25 mars 2012