Mar 312012
 

La Veillée Pascale

 

Chers parents,

La liturgie de la Semaine Sainte ne s’arrête pas à la mort de Jésus, notre Seigneur : cette mort débouche sur la Résurrection, comme Il l’avait annoncé : « J’ai le pouvoir de donner ma vie et j’ai le pouvoir de la reprendre. »(St Jean X, 18), mystère pascal de la Mort et de la Résurrection du Christ, fondement de notre foi que saint Paul souligne en disant : « Si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine » (1 Cor XV). Tâchons de bien nous préparer à la Veillée Pascale et au lendemain, jour de Pâques, la plus grande fête de tous les chrétiens.

La Veillée Pascale est d’une très grande richesse liturgique. Elle rappelle et signifie comment la Vie et la Grâce ont jailli pour nous de la Mort et de la Résurrection de Jésus. De même que la lumière du cierge pascal jaillit dans la nuit et l’éclaire toute entière, de même Jésus Christ, « Lumière du monde », est La Lumière qui dissipe les ténèbres de nos péchés. C’est pourquoi la Veillée Pascale est célébrée entièrement de nuit.

Elle se compose de 4 parties :

I. L’office de la Lumière et l’annonce de Pâques.

II. La liturgie de la Parole

III. La liturgie baptismale

IV. La liturgie Eucharistique

La liturgie de la Veillée Pascale exprime la vie qui renait, la joie éclatante de la Résurrection, par des signes visibles : apparaissent les ornements blancs ou dorés, le  Gloria  accompagné des cloches, le triple  Alléluia  solennel, les fleurs, l’orgue et les chants joyeux.

 

I. L’office de la Lumière : préparation et bénédiction du feu nouveau.

La veillée commence à l’extérieur, sur le parvis, autour du feu nouveau bénit par le prêtre et symbolisant l’Amour brûlant et passionné de Dieu pour les hommes dont il veut le bonheur éternel. A l’intérieur de l’église, toutes les lumières sont éteintes.

a)Préparation du cierge pascal et son entrée dans l’église:

*Sur le cierge, le prêtre trace une croix, les lettres grecques « Alpha », et « Omega » et les quatre chiffres de l’année. Simultanément, il prononce ces paroles :

« Le Christ, hier et aujourd’hui » (il trace le bras vertical de la croix)

« Commencement et fin de toute chose » (il trace le bras horizontal de la croix »

« Alpha » (il trace la première lettre de l’alphabet grec au dessus du bras vertical de la croix)

«Et Omega » (la dernière lettre de l’alphabet grec au dessous du bras vertical de la croix)

« A lui le temps » (il trace le 1er chiffre de l’année en haut à gauche de la croix)

« Et l’éternité » (il trace le 2ème chiffre de l’année en haut à droite de la croix)

« A lui la gloire et la puissance »(le 3ème chiffre de l’année en bas à gauche de la croix)

« Pour les siècles des siècles sans fin. Amen »(le 4ème chiffre en bas à droite de la croix)

*Ensuite il implante dans le cierge cinq grains d’encens disposés en forme de croix, rappel des 5 plaies de Jésus, en disant : « Par ses saintes plaies, ses plaies glorieuses, que le Christ Seigneur nous garde et nous protège. Amen. »

Puis le prêtre allume le cierge pascal au feu nouveau et entre solennellement dans l’église encore obscure. Le cierge pascal, représentant Jésus ressuscité venu illuminer nos ténèbres, sera conservé dans l’église tout au long de l’année et rallumé à chaque baptême.

*Avant de commencer la procession d’entrée, au fond de l’église, le prêtre lève bien haut le cierge pascal en chantant « Lumière du Christ », à quoi les fidèles répondent joyeusement « Nous rendons grâce à Dieu ! » Cette acclamation se répète encore deux fois, au milieu de l’église et au pied des marches menant à l’autel. On allume alors les cierges de tous les fidèles à une flamme venant du cierge pascal ainsi que toutes les lumières de l’église.

b) L’annonce de Pâques :

« Exultez de joie, multitude des anges… »

C’est alors le chant de l’Exultet devant le cierge pascal : ce chant exprime la joie débordante de l’Eglise au moment de la Résurrection. Puis viennent, l’hymne de louange et d’action de grâce pour la Rédemption, l’éloge de la Nuit Pascale, l’élan de contemplation et d’amour devant l’Œuvre Rédemptrice dont les versets commencent chacun par des « O » d’admiration, et une méditation sur le symbolisme du cierge pascal et de sa flamme.

 

II. La Liturgie de la Parole : l’histoire de notre salut

a)Les lectures, tirées de l’Ancien Testament, rappellent l’histoire de notre salut et les bienfaits de Dieu en faveur de son peuple. Tout commence par le récit de la Création et se poursuit par l’histoire d’Abraham, père des croyants, avec lequel Dieu fait Alliance, l’histoire de Moïse par qui Dieu libère son peuple de l’esclavage et l’appel des prophètes qui annoncent l’accomplissement de son Alliance. Inlassablement, Dieu encourage son peuple à être fidèle à son Alliance.

Ces lectures sont un ultime enseignement donné aux catéchumènes qui vont devenir enfants de Dieu, membres de l’Eglise, en étant incorporés au Christ par le baptême.

b) Le Gloria, « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux », est chanté accompagné par le son ininterrompu des cloches.

c) Après la lettre de saint Paul aux Romains (VI, 3-11) rappelant que le baptême nous donne la Vie du Christ mort et ressuscité, nous nous levons pour chanter joyeusement, à trois reprises, l’Alléluia (disparu depuis le mercredi des cendres) qui annonce la proclamation de l’Evangile de la Résurrection.

 

III. La liturgie baptismale :

a)Litanies des saints et bénédiction de l’eau baptismale.

Par le baptême, les hommes entrent dans l’Alliance avec Dieu. C’est pourquoi, après avoir rappelé l’Alliance de Dieu avec son peuple, après avoir chanté la « Nouvelle et Eternelle Alliance »de Dieu avec les hommes par la Mort et la Résurrection de Son Fils, Jésus, l’Eglise prépare l’eau qui servira aux baptêmes.

*Nous commençons par chanter la litanie des saints pour demander leur intercession, spécialement pour les catéchumènes.

* Bénédiction de l’eau baptismale : le prêtre bénit l’eau en rappelant qu’elle donne la vie : Il évoque l’eau du Déluge, l’eau de la Mer Rouge qui a sauvé les Hébreux des Egyptiens, l’eau du Jourdain que Dieu a sanctifiée par sa présence trinitaire le jour du baptême de Jésus et dans laquelle saint Jean Baptiste appelait les hommes à un baptême de repentir et de conversion. Le célébrant plonge trois fois dans l’eau le cierge pascal, symbole de Jésus communiquant sa fécondité à l’eau qui va engendrer de nouveaux fils adoptifs de Dieu.

b) baptême des catéchumènes. Le mot « baptême » veut dire « plongée ». Le catéchumène est plongé dans la Mort et la Résurrection du Christ pour devenir enfant de Dieu

c) bénédiction de l’eau bénite (différente de l’eau baptismale)

d) Rénovation des promesses de notre baptême. Les fidèles rallument leur cierge et debout, renouvellent leur désir de faire Alliance avec Dieu et leur engagement à le servir dans l’Eglise en suivant le Christ. Cette profession de foi se passe en deux temps : d’abord la renonciation «  à Satan, au péché et à ce qui conduit au péché » puis la proclamation de notre foi en Dieu Père, Fils, Saint Esprit, et en son Eglise. Après la rénovation des promesses du baptême, le célébrant asperge les fidèles avec l’eau qu’il vient de bénir.

 

IV La Liturgie Eucharistique :

a)La veillée pascale se poursuit ensuite avec la liturgie eucharistique marquée par le retour de la Présence Réelle de Jésus au moment de la Consécration. (En effet, pour signifier la mort et la mise au tombeau du Christ, il n’y a pas de consécration le Vendredi Saint ni le Samedi Saint dans la journée.)

b) La communion qui nous unit à Jésus ressuscité. Les nouveaux baptisés adultes font alors leur première communion. Ils reçoivent ainsi, en cette Nuit Sainte, les trois sacrements de l’initiation chrétienne: Baptême, Confirmation, et Eucharistie.

 

Oui, en cette Nuit de Pâques, la Croix débouche sur la Joie éclatante de la Résurrection.

Le mot « Pâques » voulant dire « passage », nous passons, par le baptême, de l’esclavage du péché à la Liberté d’enfants de Dieu, de la mort à la Vie, de la nuit à la Lumière. Le meilleur moyen de communiquer à nos enfants cette joie pascale et de les en faire vivre sera de les emmener à la Veillée Pascale, au moins les plus de 7 ans, en les plaçant devant si possible. Même s’ils s’endorment pendant les lectures, nous pouvons les réveiller le moment venu pour la rénovation des promesses de leur baptême. De retour à la maison, un bref réveillon avec friandises et chocolat chaud peut avoir lieu en attendant d’avoir la joie de chercher les traditionnels œufs de Pâques dans le jardin ou dans la maison le lendemain.

Faisons vraiment de cette nuit et de ce jour la plus grande fête de l’année pour en montrer l’importance ! Avant de professer solennellement notre foi et afin de recevoir toutes les grâces que Dieu veut nous donner à cette occasion, ne manquons pas de renouveler la grâce reçue lors de notre baptême en allant nous confesser avant Pâques.

Je vous souhaite une bonne Semaine Sainte et une très joyeuse fête de Pâques !

 

Sybil de Feydeau, coordinatrice du catéchisme.