Déc 162016
 

Cette rencontre –comme dans un rêve – entre l’Ange et Joseph, on n’en finit pas de la méditer. Le premier fait évident, c’est que Marie est enceinte et qu’elle est vierge. L’Evangile en parle comme de la Genèse ; il y a comme une similitude avec la Création du monde (et aussi avec la Résurrection de Jésus). Ce sont des événements inattendus, impossibles à imaginer et à comprendre. Quand Dieu a « créé » il a posé un acte divin totalement libre et sans aucun besoin puisque Dieu par définition n’a besoin de rien. On pouvait un peu comprendre que Dieu avaient envie de montrer à l’extérieur de lui même à quel point il était Amour.

Mais à Noël, ce n’est pas une image de Dieu parmi d’autres possibilités. C’est le Fils Bien Aimé, « vrai Dieu, né éternellement du Vrai Dieu » qui est en train de naître d’une femme. La virginité de Marie souligne la liberté totale de cette décision de Dieu. Dieu nous dit ainsi le mystère de la Sainte Trinité d’une manière imprévisible : nous disons dans le CREDO que le Fils de Dieu a été conçu du Saint Esprit. Concevoir c’est avoir un projet, le projet de Dieu, c’est de devenir l’un de nous, nous prendre dans son Cœur en sorte que nous soyons infiniment plus que toutes les autres créatures.

Dieu a besoin de Joseph pour entourer Jésus de l’éducation d’un père et d’une mère terrestres. Il faut que Joseph prenne légalement Marie comme épouse. Jésus ne doit pas être un enfant trouvé, adopté. Il lui faut l’amour familial d’un homme et d’une femme. La famille de Marie a jugé que Joseph serait un bon choix, il a un bon métier, il est capable de faire vire une famille.

A-t-on demandé à Marie son avis ? Le « Magnificat » et d’autres interventions dans l’Evangile montrent que Marie a du caractère et qu’elle sait ce qu’elle veut. Elle a certainement une grande estime pour Joseph. Elle a accepté les fiançailles.

Personne ne s’étonnerait ensuite qu’elle soit enceinte. Mais cela arrive à la grande surprise et inquiétude de Joseph. Il cherche à rendre sa liberté à Marie. Peut-être sent-il la Sainteté unique de Marie et il a peur. Dieu est obligé d’intervenir. Dieu a déjà choisi Joseph comme le seul homme digne de Marie. Ça tombe bien qu’il soit de la descendance de David ; ça fera plaisir aux prophètes. Le Messie sera « Emmanuel ». L’ange pousse Joseph à l’appeler Jésus. C’est un nom très répandu à cette époque. Joseph se réveille. Il prend Marie dans sa maison. Je crois qu’il doit être bien content. Il va élever ce garçon comme un père de l’époque, avec dureté et tendresse. Marie dira – avec respect- « ton père et moi » parce que c’est Joseph qui décide et à l’autorité.

Abbé Georges PÉRIÉ

Lectures dominicales du 18 décembre