Oct 072016
 

En cours de route ils furent purifiés.
Voilà un évangile mes frères qui nous replace devant l’acte entièrement gratuit du Salut que Dieu vient apporter aux hommes. Dix lépreux se présentent devant le Christ afin d’être sauvés et ils sont effectivement tous purifiés mais seulement un seul revient vers l’auteur de leur salut.

L’humanité représentée par ces dix hommes, entièrement lépreuse, entièrement souillée par son péché, demande et obtient d’être purifiée et justifiée gratuitement mais un seul se verra sauvé par la foi qu’il aura mise dans le Christ. Cette foi s’exprime, nous le contemplons dans cet évangile, par la reconnaissance, dans tous les sens du terme, que ce samaritain exprime envers son sauveur. Dieu est en effet un abîme insondable de perfection et nous, nous sommes comme ces lépreux, un abîme d’indigence.

Ces deux abîmes, comme dit le psaume s’appellent l’un l’autre. L’abîme de misère demande à être comblé et l’abîme de perfection demande à déborder et à remplir tout ce qui est indigence et pauvreté. Et ce qui met le comble à la bonté de Dieu c’est qu’en donnant et le bienfait et son amour, il nous récompense si nous acceptons sa largesse: «Relève-toi et vas, ta foi t’a sauvé» N’est ce pas là l’archétype de ce que nous vivons toutes les fois où un sacrement nous est donné ?

Abbé Alexis de MONTS

Lectures dominicales du 9 octobre