Avr 292017
 

Durant ce temps de Pâques qui nous mène à la Pentecôte , le Christ marche à nos
côtés et nous explique les Ecritures chaque dimanche , comme il l’avait fait lors de sa
résurrection en cheminant avec deux disciples vers le village d’Emmaüs. A ce
moment-là Il les avait admonestés : « Esprits sans intelligence ! Comme votre coeur est lent
à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela pour
entrer dans sa gloire ? »
Le Christ nous dirait-il la même chose nous qui connaissons peu l’Ecriture et la
négligeons, alors qu’Il nous a rappelé lors de ses tentations, que l’homme ne vit pas
seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Nos esprits
sont-ils sans intelligence et nos coeurs lents à croire au point de ne pas comprendre à
la lumière de la parole de Dieu le monde dans lequel nous vivons.
Comme le rappelle le psaume 118 qui est une longue méditation sur la Parole de
Dieu, celle-ci est une lampe sur nos pas, une lumière sur notre route (Ps
118,105). « Que mon cri soit proche de ta face, Seigneur, par ta parole fais-moi comprendre
(Ps 118,170). C’est à la lumière de sa Parole que Dieu nous révèle.
Dans la compréhension et la mise en oeuvre de la Parole de Dieu transmise dans
les Ecritures le Christ nous assiste comme lorsqu’il en explique le sens à la synagogue
de Nazareth, explique la parabole du semeur ou de l’ivraie et du bon grain ou bien
rejoint les disciples d’Emmaüs. Et à la Pentecôte recevant l’Esprit Saint promis par
Jésus, Pierre à son tour explique les Ecritures et touche le coeur des trois mille
premiers baptisés. C’est dire qu’avec l’Esprit Saint et le Magistère, le Christ continue
de nous faire entrer dans l’intelligence de la Parole de Dieu pour que nous ayons la
vie.
Veillons à ce que ce trésor ne soit pas gaspillé, mais qu’il soit la lumière de nos pas.
A cette lumière les Soeurs Franciscaines réparatrices de Jésus hostie réalisent la
consécration de leur vie pour le salut du monde. Au moment où nous fêtons le jubilé
d’or de Soeur Marie de Bethléem qui veille notamment avec enthousiasme au
patronage des enfants à la paroisse, sachons rendre grâce à Dieu de mettre ainsi sur
notre chemin des témoins de son amour et de sa Parole.

Abbé Christian Malcor, curé

Lectures dominicales du 30 avril