Mai 252012
 

Nous avons la grâce de fêter la solennité de Pentecôte, jour où le Père et le Fils ont répandu l’Esprit Saint qui les unit, sur les apôtres et sur les premiers 3000 baptisés. Jour qui nous rappelle, au moment où le temps pascal s’achève, que la résurrection du Christ s’est accomplie totalement par ce don de l’Esprit qui permet de connaître et d’aimer Dieu et chacun, et qui par ses dons de sagesse, conseil, force, science, intelligence, crainte de Dieu, piété produit l’amour, la joie, la chasteté, la fidélité, la patience…

​Le saint curé d’Ars, cité dans la revue Magnificat, dit :

« Quand on a le Saint Esprit, le cœur se dilate dans l’amour divin, le poisson ne se plaint jamais d’avoir trop d’eau. Sans le Saint-Esprit, on ne peut rien, on croit prier, mais on ne prie pas, on parle. Pendez un poisson à un arbre, il sera bien toujours poisson, mais ne pourra vivre sans eau. Une âme qui a le Saint Esprit ne s’ennuie jamais en présence de Dieu, son cœur transpire d’amour »

​En méditant ces paroles ayons conscience de l’Esprit Saint qui n’a pas été répandu parcimonieusement comme dans l’Ancienne alliance mais répandu abondamment dans l’Eglise avec tous ses dons. Reçu au baptême et à la confirmation prions-Le pour qu’Il sanctifie l’Eglise dans l’amour du Christ, qu’Il inspire nos paroles et nos actions et que nous n’agissions pas sans Lui pour ne « pas courir en vain » comme le dit St Paul. Demandons toujours son assistance pour savoir quoi dire ou ne pas dire, quoi faire ou ne pas faire…

​Chers Frères, en vous exhortant, comme le curé d’Ars à vivre toujours cette communion avec l’Esprit Saint, je vous demande de prier particulièrement pour ceux qui vont faire leur première communion, leur Profession de foi, recevoir le sacrement de confirmation, celui de l’ordination sacerdotale

comme deux anciens paroissiens (Jean-Rémi Lanavère, Louis Bardon) dans les semaines qui viennent. Prier aussi pour les habitants de notre quartier, les familles et le renouvellement de toute l’Eglise : qu’elle annonce avec confiance et force dans notre société et quelles que soient les contraintes et les obstacles, la foi au Christ ressuscité, la Bonne Nouvelle du Salut.

 

Abbé Malcor, curé

 Lectures dominicales du 27 mai