Avr 012016
 

A l’occasion du dimanche de la Miséricorde, il convient durant cette année jubilaire de la Miséricorde de citer quelques paroles de Jésus.
Un tableau de la Miséricorde nous a été offert par un paroissien. On peut le vénérer à la chapelle de la Vierge.

En 1931 Jésus se montrait à Sœur Faustine, béatifiée en 2000 par St Jean Paul II et dans une vision et lui ordonnait :

Dimanche de la Miséricorde

« Je souhaite que Ma Miséricorde soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques…Ma fille, je désire que la fête de ma miséricorde soit un recours et un refuge pour toutes les âmes et surtout pour les pauvres pécheurs (…) Qu ‘aucune âme ne craigne de s’approcher de moi ; même si ses péchés étaient rouges comme l’écarlate ; cette fête est sortie du plus profonde de ma Miséricorde ; elle est une affirmation réitérée de mon immense compassion envers les âmes. (…) Ceux qui vont se confesser et qui reçoivent la Sainte Communion, ne reçoivent pas seulement le pardon de leurs péchés mais aussi la rémission des punitions qu’ils ont mérité. Cette fête sera une consolation pour le monde entier !

Tableau de la miséricorde

« Fais un portrait de Moi, comme tu me vois et écrit en dessous : JÉSUS J’AI CONFIANCE EN TOI. Je souhaite que ce portrait soit vénéré partout dans le monde. A ceux qui le vénéreront je promets qu’ils ne seront pas perdu.
Le rayon lumineux blanc signifie l’eau de Mon Côté qui purifie l’âme ; le rayon rouge signifie Mon Sang qui donne la vie aux hommes. Ces deux rayons se répandaient des profondeurs de Ma Miséricorde, quand Mon Cœur était perforé par la lance. Ils protégeront les âmes que Mon Père devrait punir.

« Bienheureuses les âmes qui vivent dans l’ombre de ces rayons. La Main de la Justice divine les épargnera. Je ferai grâce aux maisons et même aux villes où ce portrait sera vénéré et Je les protégerai. L’humanité ne trouvera ni repos ni paix aussi longtemps qu’elle ne se dirige pas vers la miséricorde de Dieu. »

Abbé Christian MALCOR, curé

Lectures dominicales du 3 Avril