Oct 052012
 

Cette discussion entres les pharisiens et Jésus, rapportée par l’Evangile, peut avoir le mérite de nous plonger au cœur du mariage chrétien et de l’amour dont il doit témoigner.

Il s’agit d’engagement, d’égalité, de fidélité dont dépend le bonheur d’un authentique foyer, mais il doit être aussi une révélation de l’amour de Dieu et d’un appel à y répondre. Il sera ainsi une lumière qui doit briller dans les ténèbres d’un monde déchiré par le doute, l’idolâtrie, l’égoïsme et la convoitise.

L’union des époux contribue à l’unité que le Père veut voir régner dans l’humanité, car la Parole de Jésus rappelée au début, ne concerne pas seulement la loi du mariage mais aussi celle de l’univers dans sa totalité. L’Epître aux Hébreux complète l’Evangile en rappelant comment Jésus a donné aux hommes le moyen de réaliser le désir du Père. Si Jésus a connu la mort c’est par grâce de Dieu pour le salut de tous, c’est parce qu’il voulait nous sauver et avoir une multitude de fils qui soient le reflet de ce qu’il est. Il s’est fait notre frère pour marcher le premier dans le chemin qui sauve de la désunion et qui même à la perfection : chemin d’un amour dont la patience reflète la gratuité de l’amour du Père.

Le Seigneur veut notre gloire et notre transfiguration dans la lumière de Dieu. Et nous sommes invités à communier à son mystère en faisant l’expérience de la mort par la souffrance et l’expérience de la vie par la résurrection. « Ne fallait-il pas que le Christ souffrit pour entrer dans Sa Gloire » (Luc 24/26).

Vivre le mariage chrétien c’est avoir dans le cœur cette vérité de l’Evangile tout entière prise dans le mystère infini de paix et de joie en Dieu. Croyons-nous qu’elle soit capable de nous sauver de toutes nos misères et de toutes nos faiblesses ?

Il est difficile de bien vivre la vocation du mariage. Nous avons besoin de la grâce pour qu’elle nous aide à nous découvrir tels que nous sommes.

Accueillons cet amour gratuit et laissons-nous transformer à son image. Jésus nous invite à répondre à cet appel en nous donnant les enfants pour modèle et en nous demandant de bannir toute espèce de suffisance. A cette invitation répondons en allant communier comme des enfants pour devenir par notre foi et notre amour fraternel, de vrais enfants du Père éternel.

Abbé Denys Thouard

Lectures dominicales du 6 octobre