Nov 042011
 

On nous dit d’être prêts quand le Seigneur viendra… S’agit-il de la mort ? On peut penser aussi que Dieu nous visite quotidiennement à travers les événements, les rencontres… Sommes nous éveillés ? Pris au dépourvu ? Quand l’époux arrive, dans la parabole, c’est au milieu de la nuit et elles dorment, même les « vierges sages » ! Qu’est ce que cela peut signifier pour nous, sommes nous tous des « endormis » ? Dans une nuit où Dieu n’est pas visible ni évident, et pourtant se tenir prêt ? Il s’agit peut être de la profondeur de notre désir de Dieu. Si les jeunes filles aux lampes éteintes sont imprévoyantes, c’est qu’elles ne désirent pas tellement, qu’elles ne désirent pas avec assez de force la venue de l’époux. Elles ont pris les choses un peu à la légère…

La première lecture nous dit que la Sagesse se laisse trouver seulement par ceux qui la cherchent, qu’elle attend leur désir… Dans la Bible la SAGESSE est ce par quoi Dieu agit dans le monde, pour le créer et pour le sauver. Cette SAGESSE est-elle l’ESPRIT SAINT ? Dans la parabole c’est le FILS DE DIEU qu’on attend et la SAGESSE est dans le coeur des « vierges sages ».

Comme si l’Esprit Saint dans leur coeur attendait Jésus. Cela peut faire comprendre peut-être le mot terrible du fiancé aux « vierges folles » JE NE VOUS CONNAIS PAS. Seul Dieu dans nos coeurs peut accueillir Dieu. Et ce qui a manqué aux imprévoyantes, c’est l’huile qui dans la Bible est le signe de l’Esprit Saint. Et l’Esprit Saint (pensez au  saint Chrème du  Baptême et de la Confirmation) est donné à qui le demande.

Abbé Georges PERIE

Lectures dominicales du 6 novembre 2011