Déc 042015
 

Ce deuxième dimanche de l’Avent au moment où va s’ouvrir l’année de la miséricorde le jour de la fête de l’Immaculée Conception, nous devons entendre l’appel à la conversion de notre vie proclamé solennellement par Jean Baptiste et repris au début de sa prédication par le Christ lui-même.

Ecoutons à ce propos le pape François déclarant solennellement l’année jubilaire de la miséricorde : « «Comme je désire que les années à venir soient comme imprégnées de miséricorde pour aller à la rencontre de chacun en lui offrant la bonté et la tendresse de Dieu. »
Cette année est l’occasion de vivre l’indulgence plénière aux conditions habituelles de confession, prière aux intentions du pape, eucharistie et pèlerinage à une église jubilaire. Pour rappel à Paris cathédrale Notre Dame, églises Saint Sulpice, Notre Dame du Perpétuel Secours, basilique notre Dame des victoires, Sacré Cœur de Montmartre, Saint Louis d’Antin, chapelle de la Médaille Miraculeuse.

C’est l’occasion d’exercer ce que l’on appelle les œuvres de miséricorde : « Donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts »
« Conseiller ceux qui doutent, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, prier Dieu pour les vivants et les morts. »

Notre paroisse est en pleine transformation, pas seulement ses locaux pour mieux accueillir, mais l’émergence de nouveaux groupes comme celui des hommes Chevaliers de Colomb ou le groupes des étudiants PiePaul nés de leurs propres initiatives et qui veulent se mettre au service de la mission paroissiale dans le quartier avec tous ceux qui oeuvren déjà.
Avec cette année jubilaire ayons conscience du temps dans lequel nous sommes et qui nous appelle à un réel changement pour vivre et donner cette miséricorde du Christ.
Ce temps dont le pape St Jean Paul II disait :
« Nous le savons, le temps s’est accompli par le fait même que Dieu s’est incarné dans le cours du temps, à même l’histoire des hommes, lesquels n’atteignent leur épanouissement que dans le don, désintéressé d’eux-mêmes. Or ce don n’est possible que dans la rencontre de Dieu qui est entré dans le temps que désormais il s’agit de sanctifier. »

A l’approche de notre fête patronale, prions l’Esprit Saint de nous conduire à ce renouvellement pour le service miséricordieux de nos frères.

Abbé C. MALCOR, curé

Lectures dominicales du 6 Décembre