Avr 042017
 

Entrée : Lumière des hommes ! Nous marchons vers toi. Fils de Dieu ! Tu nous sauveras.

1. Ceux qui Te cherchent, Seigneur, Tu les conduis vers la lumière, Toi, la route des égarés.

2. Ceux qui Te trouvent, Seigneur, Tu leur promets vie éternelle, Toi, la Pâque des baptisés.

3. Ceux qui Te suivent, Seigneur, Tu les nourris de ta parole, Toi, le pain de tes invités.

Accueil :

Entrons dans cette eucharistie en demandant au Seigneur de nous délivrer de nos péchés et de renouveler notre foi en lui, comme il l’a fait pour Marthe de Béthanie.

« Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez » (Ez 37, 12-14)

Lecture du livre du prophète Ezéchiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai remonter, ô mon peuple,
et je vous ramènerai sur la terre d’Israël.  Vous saurez que Je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai remonter, ô mon peuple ! Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez ;
je vous donnerai le repos sur votre terre. Alors vous saurez que Je suis le Seigneur : j’ai parlé et je le ferai– oracle du Seigneur.

 – Parole du Seigneur. / Nous rendons Gloire à DIEU.

Psaume 129

1-Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
Seigneur, écoute mon appel !
Que ton oreille se fasse attentive
au cri de ma prière !
2-Si tu retiens les fautes, Seigneur,
Seigneur, qui subsistera ?
Mais près de toi se trouve le pardon
pour que l’homme te craigne.
 3-J’espère le Seigneur de toute mon âme ;
je l’espère, et j’attends sa parole.
Mon âme attend le Seigneur
plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.
4-Oui, près du Seigneur, est l’amour ;
près de lui, abonde le rachat.
C’est lui qui rachètera Israël
de toutes ses fautes.

 

« L’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous » (Rm 8, 8-11)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu. Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous.
Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.  Mais si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes.  Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous,
celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels
par son Esprit qui habite en vous.

 – Parole du Seigneur. /Nous rendons Gloire à DIEU.

« Je suis la résurrection et la vie » (Jn 11, 1-45)

Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. 
Moi, je suis la résurrection et la vie, dit le Seigneur. Celui qui croit en moi ne mourra jamais.
Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. (cf. Jn 11, 25a.26)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,  il y avait quelqu’un de malade, Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de Marthe, sa sœur. Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. C’était son frère Lazare qui était malade. Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à Jésus :
« Seigneur, celui que tu aimes est malade. » En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. »
Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare.  Quand il apprit que celui-ci était malade,
il demeura deux jours encore à l’endroit où il se trouvait. Puis, après cela, il dit aux disciples :
« Revenons en Judée. » Les disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à te lapider, et tu y retournes ? » Jésus répondit : « N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ;
mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. » Après ces paroles, il ajouta : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je vais aller le tirer de ce sommeil. »
Les disciples lui dirent alors : « Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. » Jésus avait parlé de la mort ; eux pensaient qu’il parlait du repos du sommeil.  Alors il leur dit ouvertement : « Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! »  Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), dit aux autres disciples : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! »  À son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà.  Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une distance de quinze stades
(c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –,
beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »  Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. » Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois  tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. » Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. »  Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva rapidement et alla rejoindre Jésus.  Il n’était pas encore entré dans le village, mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré.  Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie et la réconfortaient, la voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ; ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer.  Marie arriva à l’endroit où se trouvait Jésus. Dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Quand il vit qu’elle pleurait,
et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé,  et il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui répondirent : « Seigneur, viens, et vois. » Alors Jésus se mit à pleurer.
Les Juifs disaient : « Voyez comme il l’aimait ! » Mais certains d’entre eux dirent : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? » Jésus, repris par l’émotion,
arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit : « Enlevez la pierre. » Marthe, la sœur du défunt, lui dit : « Seigneur, il sent déjà ; c’est le quatrième jour qu’il est là. »  Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. » On enleva donc la pierre.
Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure,
afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. » Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! » Et le mort sortit, les pieds et les mains liés par des bandelettes, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. » Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.

 – Acclamons la Parole de Dieu. / Louange à toi, Seigneur Jésus !

Prédication

Réflexions avec les auteurs inspirés

Centre de gravité de notre liturgie de la Parole : le chapitre 11 de Jean, la rencontre de Jésus avec Marthe de Béthanie et Marie de Béthanie à propos de Lazare de Béthanie, leur frère mort. Comment ne pas édulcorer une telle page en la commentant !

En écho, en préparation, en concordance, le chapitre 37 du livre d’Ézéchiel, le prophète en exil qui annonce la réanimation d’Israël, un retour en terre d’Israël. « J’ouvrirai vos tombeaux. »

L’auteur du psaume 129 : Mon âme attend le Seigneur.

Paul aux Romains, chapitre 8 : L’Esprit qui donne vie.

Réflexions sur la vie de nos saints : celui ou ceux du jour, ceux de notre chapelle.

Aujourd’hui, par exemple, François de Paule qui a aidé Louis XI à mourir et un jeune catéchiste martyr philippin aux îles Mariannes avec des missionnaires jésuites (+1672), Pedro Calungsod. Ici, Martin de Porrès & Jean Macias, et les coptes de Samalout mis à mort en Libye en 2015. Hier soir, j’ai dîné chez Reda Tadres, un restaurateur de Montmartre qui vient de leur région et qui les vénère aussi. On pourrait évoquer le culte des saints de Provence, des romans évangéliques sur Lazare, Marthe & Marie de Béthanie.

Réflexions avec et pour les protagonistes de nos actualités

Les drames liés à Daech continuent. J’ai ressorti la prière du pape François pour la paix, de 2014, et notre prière en temps de guerre, surtout de l’été 2016. N’oublions pas, au cœur de ce problème, le conflit entre les Palestiniens et les Israéliens. Ici et aujourd’hui, nous nous contentons de prier pour Illich Ramirez Sanchez dit Carlos, ses compagnons de combat et les victimes en question, de demander au Seigneur de bénir notre « maison commune » en arabe, comme les chrétiens d’Orient, quand Gaëlle Kharif est là, de dire le Pater en arabe, quand Pascale de Perthuis est là, elle qui aime la langue arabe, de proposer un soutien aux étudiants en Irak ou à des religieuses dominicaines qui vivent dans ce pays, de penser à Asia Bibi, de prier pour et avec le P. Jacques Hamel, et ceci, sous les auspices des coptes de Samalout, martyrs à Syrte en Libye en février 2105. Et de prier pour nos ennemis en la personne d’Abu Bakr al-Baghdadi.

Credo Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ; et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit-Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Offertoire : Me voici, Seigneur, me voici comme un enfant (bis)

1. Comme un enfant qui marche sur la route, le nez en l’air et les cheveux au vent, comme un enfant que n’effleure aucun doute et qui sourit en rêvant.

2. Comme un enfant tient la main de son père, sans bien savoir où la route conduit, comme un enfant chantant dans la lumière, chante aussi bien dans la nuit.

3. Comme un enfant qui s’est rendu coupable, mais qui sait bien qu’on lui pardonnera, pour s’excuser d’être si misérable, vient se jeter dans vos bras.

Pater, en d’autres langues maternelles que le français selon les présences. En chinois, quand Haili Zhou est parmi nous. Une pensée pour Shaoyo Lin et les protagonistes autour de sa mort. En portugais, quand Luisa Gregorio Fins est là. En ce dimanche 2 avril, elle est partie en vacances au Brésil. Parfois en latin ! En arabe, quand Pascale de Perthuis est là.

Action de grâce : Tu es le Dieu fidèle, éternellement (bis)

1. Seigneur, Tu nous partages ton Corps et ton Sang (bis), et nous allons, tout joyeux, vers Toi, en chantant 2. Par cette eucharistie, ô Dieu de bonté (bis), Tu fais de nous des frères qui s’aiment dans la paix

3. L’amour que Tu nous donnes nous a libérés (bis), et nous marchons vers la sainteté de ton nom

4. Tu as tracé la route qui nous mène à Toi (bis), et nous allons, invitant le monde à ta joie

Remerciements, annonces et nouvelles

Merci à vous qui nous aidez par vos générosités et vos compétences !

Des nouvelles De Flore Judith Doufand, qui continue son initiation chrétienne, aujourd’hui, le troisième scrutin sur trois, scrutins couronnés par son baptême la nuit de Pâques, à Sainte-Odile, par votre chapelain, et par sa première communion, ici, parmi nous, le dimanche de Pâques. Ensuite elle sera confirmée le 18 juin à Sainte-Odile par Mgr Thibaut Verny. Nous ferions une fête ici avec vous, nos amis, sa famille, son parrain, Émeric de Livonnière, le dimanche 25 juin 2017, après notre messe.

Du cardinal Vingt-Trois : syndrome de Guillain-Barré.

Votre chapelain a fini une cure de Chondro Flex de trois mois et je commence vingt séances de kinésithérapie.

La dépose de la baignoire et la pose d’une douche sont finies. Vous pouvez voir le résultat du travail de Philippe Simon de la paroisse Sainte-Odile, de la RIVP et de la SMRD, grâce à nos loyers payés par vous, les fidèles d’ici et d’ailleurs. Merci ! Je prie pour tous les intervenants, des bureaux et du chantier. J’ai connu ainsi des ouvriers du Penjab, Pakistanais musulmans et Indiens sikhs.

Il y a parmi vous des amateurs de pèlerinage. Voyez la pub de Notre-Dame de Pellevoisin, près de Bourges, ou de Notre-Dame des Pauvres, en Belgique, ou la Tunique de la basilique d’Argenteuil. Nous pouvons revoir ou découvrir Notre-Dame de Liesse, près de Laon, le samedi 13 mai, avec Sainte-Odile. J’y vais.

Pensez aux activités de vacances à la mer ou à la montagne de nos Franciscaines voisines.

Agenda :

En ce jour, je rencontrerai probablement Benoît Le Bretton qui s’est blessé en tombant dans la rue. Ce soir, je réponds à vos questions sur Radio Notre-Dame de 21 h 45 à 22 h 30, après la retransmission de la conférence par Denis Dupont-Fauville : Un verbe de lumière : le cinéma.

Les quatre messes, les deux adorations, la répétition de théâtre du samedi et les ménages par les Dupont et les Nemdharry ont lieu comme d’habitude durant les vacances scolaires.

Lundi 3 avril

Mardi 4, messe à 08 h 45. Pour Gaël !

Mercredi 5, messe à 12 h 10. Pour Gaël !

Jeudi 6, messe à 08 h 45

Vendredi 7, messe et partage selon les participants du moment. Premier vendredi du mois, messe à mes intentions, parents, bienfaiteurs et ennemis.

Samedi 8 avril,

Dimanche 9, 10 h30, bénédiction des Rameaux et messe de la passion de notre Seigneur selon saint Matthieu. Mise en place de la lecture : quatre lecteurs en plus de votre serviteur ! Voyez le programme de la semaine sainte.

Chant à Marie : Je vous salue Marie.