Sep 052016
 

Entrée : Venez chantons notre Dieu

Venez, chantons notre Dieu,
Lui, le roi des cieux !
Il est venu pour sauver l’humanité
Et nous donner la vie.
Exulte pour ton roi, Jérusalem, danse de joie.

1 – Il est venu pour nous sauver du péché
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
Oui par sa mort, tous nous sommes libérés,
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
2.- Oui, tous ensemble rejetons notre péché,
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
 
Dans sa bonté, tous nous sommes pardonnés,
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
 
3.- Le Roi de gloire nous a donné le salut,
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
Sa majesté nous pouvons la contempler,
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
4.- S’il est venu, ce n’est pas pour nous juger,
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
Mais seulement pour que nous soyons sauvés,
Exulte, Jérusalem, danse de joie.
 

Psaume 89

Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.
Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.
Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.
Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

Communion : Tu es le Dieu fidèle, éternellement (bis)

1. Seigneur, Tu nous partages ton Corps et ton Sang (bis), et nous allons, tout joyeux, vers Toi, en chantant 3. L’amour que Tu nous donnes nous a libérés (bis), et nous marchons vers la sainteté de ton nom
2. Par cette eucharistie, ô Dieu de bonté (bis), Tu fais de nous des frères qui s’aiment dans la paix 4. Tu as tracé la route qui nous mène à Toi (bis), et nous allons, invitant le monde à ta joie


Chant à Marie : Chez nous soyez Reine, nous sommes à vous. Régnez en souveraine Chez nous, Chez nous Soyez la madone qu’on prie à genoux, Qui sourit et pardonne, Chez nous, Chez nous.

Salut, ô Notre-Dame, nous voici devant Vous, pour confier nos âmes à votre cœur si doux.

Vous êtes notre Mère, portez à votre Fils, la fervente prière de vos enfants chéris.

Dites à ceux qui peinent, et souffrent sans savoir, combien lourde est la haine, combien doux est l’espoir.

Soyez pour nous la Reine, de douce charité, et bannissez la haine, de toute la cité.

Éléments de la prédication :

La première lecture est géniale pour parler de la bénédiction des cartables pour aller à l’école et au catéchisme ! L’auteur de la première lecture, tirée du livre de la Sagesse, est un Juif qui est allé à l’école, puis à l’université, et à la synagogue, à Alexandrie, en Égypte, vers moins trente avant notre ère marquée par la naissance de Jésus. C’est un savant des choses de ce monde et un connais­seur de l’histoire de son peuple. Il nous montre comment la connaissance et le culte du Seigneur d’Israël lui permettent de profiter des connaissances et des modes de vie de son temps, revus et cor­rigés pour la gloire de son créateur et le salut de sa créature. J’en ai fait autant dans ma jeunesse et continue de le faire aujourd’hui. Je vous invite, vous les enfants et les jeunes, et vous les parents à en faire autant en continuant d’aller à l’école et à l’église !

Prière dite par les enfants : « Seigneur notre père, aide-nous à te prier chaque jour et faire des efforts au cours de cette année scolaire, afin de donner le meilleur de nous-mêmes, pour ta plus grande gloire, aussi bien à l’école qu’au catéchisme, par Jésus, ton fils, qui règne avec toi et le saint esprit. »

Nous pourrions montrer que les auteurs des psaumes en font autant, à leur manière.

Paul dit à Philémon, le maître, et à Onésime, l’esclave, le serviteur, le domestique, que la foi en Jésus ne supprime pas leur relation de service et de protection, mais qu’elle leur permet de la vivre dans le respect mutuel. Jésus n’abolit pas les relations créées entre nous, mais les accomplit, entre les hommes et les femmes, les parents et les enfants, les supérieurs et les subordonnés, les Juifs et les non-Juifs.

Luc nous rappelle l’enseignement et la pratique de Jésus. Le fondement de notre vie de créature malade par rapport à notre créateur et sauveur est la redécouverte perpétuelle du rapport entre le premier commandement et le second qui lui est égal, en lesquels se résument la sagesse des hommes et celle du père de Jésus. Dans notre cœur, il nous faut trouver la préférence d’abord pour lui et ensuite l’accueil du prochain comme un don de lui, du conjoint au pauvre vu une fois dans sa vie, en passant par les rapports des parents et des enfants, ces derniers sont des cadeaux du ciel aux pre­miers, mais les parents sont aussi des cadeaux du ciel au enfants. Il faut être prêt à perdre l’autre pour le trouver dans le Seigneur.

J’ai envie de faire mémoire et de prier aujourd’hui avec vous et les chrétiens, prêtres sur­tout, mis à mort en septembre 1792 et à l’automne 1794, qu’on fête le 2 septembre pour les martyrs de Paris, et le 4 septembre, pour les martyrs des « pontons » de Rochefort. Comment être chrétien en politique ? Nos états d’hier et d’aujourd’hui, pour exister, ont besoin d’un idéal, d’une idéologie, d’une sagesse, d’un art de vivre. Les chrétiens éclairés par en haut ne peuvent être à l’ali­gnement. Comment trouver une concorde, un concordat entre l’État et l’Église, à la place de la dis­corde et du discordat ?

Mais je dois faire allusion aussi à la canonisation de Teresa de Calcutta, aujourd’hui, à Rome, par François de Rome. Avec elle, nous prions pour les hindous et les chrétiens de l’Inde. Pen­sons au milliard deux cent cinquante millions d’Indiens et d’Indiennes. Comment devenir et être chrétiens parmi eux ?

Il y a aussi le souhait de François de Rome de faire de ce premier dimanche de septembre, chaque année, un dimanche où l’on pense à notre « maison commune », au « respect de la créa­tion ». Lors de la procession du pain et du vin, vous direz des prières proposées par lui et notre arche­vêque.

Avec Tawadros II (Théodore II) d’Alexandrie, nous prions pour que les résolutions d’Abdel Fattah al-Sissi, Sherif Ismail et Ahmed al-Tayeb, en faveur de la construction des églises, prennent corps en Égypte et deviennent effectives. Vous disposez de la prière de François pour la paix, de nos intentions en temps de guerre, des consignes de Vigipirate et du message de François aux arabophones d’Irak, Jordanie et Moyen Orient présent à Rome le 31 août.

Avec Talia Yamat, ici présente, nous prions pour les politiques du Gabon.

Avec les Garlipp, repartis ce matin au Brésil, nous prions, à leur demande, pour leurs défunts, en particulier Orlando Seglio, décédé le 4 septembre 2014.

Avec Stéphane Benoist, je prie pour nos parents défunts, les nôtres, vivants, et pour Singapour.

Remerciements et annonces

Merci à Flore-Judith Doufand, Jean-Claude Houot, Sandra Jamet, Pascale Pierre-Louis et Gaëlle Farida Kharif ! Merci à ceux et celles qui me donnent de leurs nouvelles et dont je peux parler par oral.

En ce moment, à Sainte-Odile, forum des activités paroissiales, jusqu’à 13 h 00.

Nos quatre messes de la semaine. Je relève la fête de la nativité de Marie et de nombreux martyrs de par le monde et l’histoire, le jeudi 8 septembre, le bienheureux Frédéric Ozanam, le vendredi 9, et les ordinations de Mgr Denis Jachiet et Mgr Thibault Verny, à Notre-Dame, à 18 h 30.

Dimanche 11, nous prierons pour ceux qui nous ont transmis surtout leurs bâtiments dans notre foi et dans notre culture, ce que nous appelons notre patrimoine. Que nous puissions en faire autant pour les générations à venir, en vue de la Jérusalem d’en haut et de la récapitulation de toutes les générations.

Voyez les documents sur les avant-premières gratuites du film Le pape François qui sort le 28/09.

? Un pot avec les boissons et les gâteaux donnés par les pèlerins de Saint-Ouen présents ici hier ?